Début juin, la plateforme de streaming solidaire United We Stream arrive en France. Mise en place à Berlin au début du confinement puis dans 15 pays du monde entier, ce projet solidaire diffusera des DJ sets d’artistes dans 15 clubs de la capitale, du jeudi au dimanche. Le projet se veut avant tout solidaire, avec la mise e place d’une cagnotte en ligne pour soutenir les différents acteurs culturels impactés par la crise sanitaire. 

Après avoir été mis en place à Berlin puis dans 15 pays à travers le monde, United We Stream arrive à Paris début juin. Le projet est né au début du confinement pour soutenir l’industrie des musiques électroniques face à la crise, et diffuse tous les jours des livestreams de DJs, en direct depuis des établissements phares comme le Berghain, le Watergate ou le Trésor. Pour son arrivée à Paris, le projet s’associe avec Technopol, l’association de défense des musiques électroniques et de la vie nocturne française, et ouvrira à l’hexagone le « plus grand club numérique du monde ». 

15 clubs, plus de 30 DJs 

Dès début juin, les clubs parisiens ouvriront leurs portes virtuellement pour offrir ces diffusions en direct tous les jours, du jeudi au samedi de 19h à minuit, et le dimanche après-midi dans les lieux plus alternatifs. Ont répondu présent le Badaboum, le Djoon, le Glazart, La Boule Noire, Nexus, Jockey Disque, Petit Bain, Rex Club, Petit Palace, Sacré, Silencio, La Java, Wanderlust, Ground Control ou encore Le Kilowatt.

Aux platines, de nombreux DJs se relaieront du jeudi au dimanche, avec notamment Airod, Arnaud Rebotini, Bamao Yende, Bambounou, Bombass de Cassius, Folamour, François X, Jacidorex, Kabylie Minogue, Lacchesi, LB aka Labat, La Mamie’s, Marina Trench, Maud Geffray, Mézigue, Miley Serious, Minimum Syndicat, Moth, Sama, Sentimental Rave, Soul Edifice, Voiron ou encore Von Bikrav. 

L’ensemble des captations sera assuré par le service de production d’ARTE Concert, annonciateur de livestreams de haute qualité. 

Un projet solidaire pour aider les musiques électroniques face à la crise 

À chaque diffusion, les participants pourront faire des dons pour contribuer à la survie financière de tout un secteur, paralysé par la crise sanitaire. À Berlin, United We Stream a déjà notamment levé plus de 300 000 euros en deux semaines et espère permettre à l’écosystème musical français de bénéficier du même soutien. « La crise sans précédent qui frappe l’écosystème des musiques électroniques et de la vie nocturne a stoppé net l’activité de dizaines de lieux de vie, d’entrepreneurs, d’artistes, d’intermittents, explique Tommy Vaudercane, le président de Technopol. « United We Stream a pour but de tenter de faire reprendre vie à ces lieux et à ces acteurs tout en générant des pistes de financement nouvelles pour ces derniers. »

Ce projet espère fédérer l’ensemble de la scène et des publics amateurs de musiques électroniques, et se veut « temporaire ». « En aucun cas ce genre d’initiative ne sera amenée à perdurer ou à se profiler comme solution pérenne de remplacement à l’activité des clubs et des artistes. », précise Tommy Vaudecrane. « C’est une solution palliative pour rappeler à tous l’existence de ces acteurs qui semblent encore aujourd’hui être les grands oubliés des nombreux plans de relance et d’aide qui ont été présentés par l’État ces dernières semaines. »

Vous pouvez suivre le projet United We Stream sur Facebook, Soundcloud et Instagram. La cagnotte en ligne est d’ores et déjà ouverte sur ce lien