Photo à la une © Club nexus par Narkissos

Depuis début juin, la plateforme de clubbing virtuel et solidaire United We Stream est arrivée à Paris. 15 clubs accueilleront des DJ sets et lives du jeudi du dimanche, avec une deuxième semaine de programmation très alléchante. Une cagnotte en ligne a été mise en place pour soutenir les différents acteurs culturels impactés par la crise sanitaire.

Pour la deuxième semaine consécutive, les clubs et lieux alternatifs parisiens, toujours à l’arrêt depuis mi-mars, vont de nouveau vibrer au rythme des DJ sets et lives de nombreux artistes français. Du jeudi au dimanche, les lives sont captés et diffusés par ARTE Concert et ont déjà eu lieu à La Java, au Petit Bain, au Rex Club et au Ground Control avec Kiddy Smile, Cassius, Bambounou ou encore Mézigue

Cette semaine, du jeudi 11 juin au dimanche 14 juin, les livestreams auront lieu dans 4 nouveaux lieux parisiens. Jeudi, la friche du Kilowatt, à Ivry, accueillera Balagan, Clara 3000, Eastel, Manu Le Malin et Paul Seul de 19h à minuit. Le lendemain, direction le club Nexus à Pantin avec une nouvelle programmation techno où se relaieront Antigone, Louisahhh, Mac Declos, Ma Čka et Shlømo. Samedi, c’est le club Sacré qui recevra l’équipe de Bon Entendeur, Cézaire, Nathalie Duchene, Sara Zinger et Synapson, avant de clôturer la semaine à La Bellevilloise avec Djebali, Lazare Hoche, Piu Piu et le live de Tryphème

La programmation, digne d’un mini-festival à suivre de semaine en semaine, met en avant les artistes de la scène française dans le respect de la parité et de l’éclectisme des styles musicaux. « C’est notre déclaration d’amour à la scène française dans ce qu’elle a de plus créative et iconoclaste.« , explique Max Le Disez, un des directeurs artistiques du projet (avec Jakob Saulière et Lorenzo Lacchesi). « UWS, c’est notre hommage aux acteurs·trices de notre scène, notre moyen de mettre les artistes français en lumière et démontrer l’importance des clubs dans la culture, mais surtout, c’est l’occasion de nous rappeler que cette période n’est que temporaire et que le meilleur reste à venir. »

Une cagnotte en ligne pour « sauver la fête » 

Mis en place à Berlin puis dans 15 pays à travers le monde, le projet United We Stream est avant tout solidaire. L’objectif est de soutenir l’industrie des musiques électroniques face à la crise sanitaire à l’heure où le secteur est l’un des derniers à n’avoir pas pu reprendre son activité, et contribuer à sa survie financière. En France, le projet est né sous l’impulsion de  Technopol, l’association de défense des musiques électroniques et de la vie nocturne française. 

À chaque diffusion, les participants pourront faire des dons sur la cagnotte en ligne, à l’instar de Berlin qui a déjà levé plus de 400 000 euros en quelques semaines. « La crise sans précédent qui frappe l’écosystème des musiques électroniques et de la vie nocturne a stoppé net l’activité de dizaines de lieux de vie, d’entrepreneurs, d’artistes, d’intermittents, explique Tommy Vaudercane, le président de Technopol. « United We Stream a pour but de tenter de faire reprendre vie à ces lieux et à ces acteurs tout en générant des pistes de financement nouvelles pour ces derniers. »

Vous pouvez suivre le projet United We Stream et retrouver tous les événements sur la page Facebook. La cagnotte en ligne est également ouverte sur ce lien