Photo à la une © D.R.

Samedi 28 septembre, les chars de la Techno Parade reviendront faire résonner les rues de Paris. Cette 21ème édition rassemblera encore un large panel des musiques électroniques, et rendra hommage à Steve Maia Caniço, l’animateur tragiquement disparu lors de la Fête de la Musique à Nantes. L’occasion, aussi, de dénoncer les décisions d’une police d’Etat répressive envers le monde de la nuit.

Le 28 septembre prochain, la Techno Parade célèbrera ses 21 ans, comme toujours symboliques dans l’avènement des musiques électroniques et du combat pour leur reconnaissance en France.

Historiquement, c’est en février 1996, avec l’annulation de la soirée Polaris à Lyon et dans un contexte de diabolisation des musiques électroniques, que plusieurs acteurs s’allient pour fonder l’association Technopol, « créée pour venir en aide sur le plan juridique aux organisateurs d’événements et pour revendiquer le droit de faire la fête« . En parallèle, Jack Lang découvre la Love Parade à Berlin et développe l’idée en France d’une manifestatio militante et festive. La première Techno Parade se déroule le samedi 19 septembre 1998, rassemble 36 chars et plus de 200 000 participants. Aujourd’hui encore, c’est le plus grand rassemblement des musiques électroniques de France.

Dans les rues de Paris, environ une dizaine de chars seront encore nombreux à défiler pour la 21è édition, entourés de milliers de danseurs et rythmés par les sets d’artistes des musiques électroniques, tous genres et styles confondus. Le char de Technopol sera notamment mené par Manu Le Malin, le pilier du hardcore français, présent depuis la toute première édition. VoironCasual Gabberz et Sentimental Rave feront résonner les heures heureuses de la techno rave sur le char du label français Nadsat, ou encore celui de Trax Magazine, avec Ammar 808Zenobia et Glitter. Un autre char rassemblera aussi les collectifs teufeurs Kraken et Insoumis, et Jack Lang himself sera évidemment présent. 

Lire : Les professionnels de la nuit appellent l’État à agir pour prévenir les risques liés à l’usage de drogues

Cette année, la 21è édition sera portée par plusieurs associations des musiques électroniques et sera dédiée à Steve Maïa Caniço, le jeune homme de 24 ans décédé suite à une chute dans la Loire le soir de la Fête de la Musique, après une violente intervention policière. Le texte, signé par Média’Son, la Coordination Nationale des Sons (CNS), TechnoPol, le Socle, Nuits Parallèles et Freeform, appelle au rassemblement : “Ce 28 septembre, le cortège de tête de la Techno Parade sera spécialement dédié à la mémoire de Steve Maia Caniço, et portera cet appel clair pour un changement de posture des pouvoirs publics. Nous appelons le plus grand nombre à nous rejoindre et à s’y rassembler en guise de soutien et de protestation.”

Dans un article publié sur Trax Magazine, Tommy Vaudecrane, le président de Technopol, expliquait que ce rassemblement pacifique sera là pour « dénoncer les violences policières, les arrêtés des préfectures, du danger qui nous menace et qui nous empêche de promouvoir la culture électronique. C’est horrible de devoir attendre que quelqu’un meurt pour qu’on nous entende. On a voulu rendre hommage à Steve de manière sobre et pacifique. Car la musique électronique est une musique pacifique. Et nous feront passer le message que ça ne passera plus. » 

La programmation complète et le parcours seront prochainement dévoilés. 

Retrouvez toutes les infos sur l’événement Facebook