Photo en une © D.R

Le festival Afrofuture Fest, dédié aux artistes et performeurs Noirs de Détroit, a fait scandale le week-end dernier en proposant des tarifs différents en fonction de la couleur de peau des festivaliers. Après plusieurs menaces et harcèlements, les organisateurs ont finalement réajusté leurs prix à un tarif fixe. 

L’organisme Afrofuture Youth, organisateur du festival, vise à donner aux jeunes de Détroit les ressources nécessaires pour créer un monde équitable, par le biais de l’art, de la technologie, des médias et de la guérison. Les disparités de couleurs et de richesses, bien qu’en pleine évolution, sont ancrées dans le système de la ville depuis de nombreuses années, et sont au centre du combat de l’association, qui donne une dissociation claire entre égalité et équité. « L’égalité, c’est traiter tout le monde de la même façon, l’équité, c’est s’assurer que chacun a ce dont il a besoin pour réussir. » Avec la volonté d’ouvrir l’accès aux événements de la ville à sa communauté, et de faire reconnaître les inégalités historiques, les organisateurs ont pourtant commis un faux pas : faire payer le prix double pour les personnes de couleur blanche, en pensant rappeler au grand public que cette classe y est privilégiée financièrement et culturellement.

Après avoir lancé leur billetterie en ligne, les organisateurs ont été accusés d’actes discriminatoires par le site de gestion d’événements Eventbrite, qui n’autorise aucun événement à faire une différence de prix selon la race ou l’origine ethnique. La rappeuse locale Tiny Jag, elle, a annulé son concert : « J’ai tout de suite été furieuse car je suis biraciale. » déclare-t-elle dans une entrevue accordée au Detroit Metro Times. « Des membres de ma famille auraient été, dans ces circonstances, soumis à quelque chose que je ne voudrais pas qu’ils soient… surtout pas à cause de mon travail. » Après que plusieurs sites web aient mis en évidence le déséquilibre des prix, les organisateurs ont reçu de nombreux messages de haine, jusqu’à les pousser à rétablir un prix commun, toutes personnes confondues, à 20$. Adrienne Ayers, co-directrice de Youth Afrofuture, déclare que ce changement a été fait en priorité pour des mesures de sécurités de la communauté et de ses proches, compte tenu des menaces reçues.

Le festival Afrofuture Fest tend à réimaginer le futur de la communauté noire, à la rencontre de l’afro-punk, entrecroisant les récits et criant l’avenir nécessaire à leur épanouissement et prospérité. « Après 7 générations de la traite transatlantique des esclaves, les esprits noirs sont en guérison synergique » précise le texte sur l’affiche du festival. Des mots forts qui prouvent un réel besoin d’expression et de recognition. « Les jeunes commenceront la journée en rétablissant la résilience et en réinventant la stabilité. » Via des concerts, jams et bonfire, l’idée est de donner l’accessibilité nécessaire aux jeunes de la communauté noire à des événements artistiques et pluridisciplinaires.

« La joie et le plaisir sont malheureusement encore un privilège dans notre société pour les personnes de couleurs, et nous croyons que tout le monde devrait avoir accès à ce privilège. » déclare les organisateurs sur la page Eventbride. « Nous avons trop souvent vu des événements se produire à Détroit et dans d’autres villes peuplées de personnes de couleurs, et ce qui se produit régulièrement, c’est que les gens à l’extérieur de la communauté profitent le plus des prix des billets abordables en raison de leur proximité de la richesse.« 

Avec l’ambition d’attirer au moins 200 personnes, le festival avait tout de même vendu plus de 70 places à des personnes de couleurs le dimanche, et toutes les places attribuées aux personnes blanches avaient été épuisées. « Il y avait beaucoup de Blancs qui nous disaient qu’ils n’hésitaient pas à payer un supplément. », déclare Adrienne Ayers. « Beaucoup de gens« . En alternative, un don aux personnes de couleurs est suggérée dans le cadre du festival. 

Un acte bien maladroit mais lourd de sens, qui montre finalement que les inégalités historiques de la ville de Détroit sont toujours au centre du sujet.