Crédits photo © Romain Tauber

2014 est désormais lancé, les estomacs se remettent des frasques des fêtes et pas de temps à perdre, il faut attaquer cette nouvelle année sur les chapeaux de roues.

Après la soirée du 3 janvier avec Ark, Pit Spector et Serraw, Dure Vie va pourrir un nouveau lundi, grâce une soirée qui promet d’être mémorable, le 31 Janvier 2014, au Showcase Paris Live Club. À vos RTT.

Life is hard, we make it sweet. Oui Môsieur.

En effet, le célèbre et mythique label Robsoul Recordings fête ses 15 ans, et c’est Dure Vie qui s’occupe de poser les bougies on the cake.

Avant de faire la teuf comme des fifous, on va respecter ce qu’on sait bien faire chez Dure Vie, vous raconter des histoires. Quoi de mieux alors pour commencer ce nouveau focus que d’introduire le papa du label, celui qui a eu l’idée de créer ce joyaux dans l’univers de la house, et qui montre depuis maintenant 15 piges, qu’en France, on n’est pas de rigolos. Mesdames et messieurs, Mister… Phil Weeks !

C’est en 1976 que le petit Philippe Ouiks voit le jour. Stop ! Ceci est une boutade ! Phil Weeks est un pseudo tiré d’un jeu-vidéo de Snowboard auquel il jouait plus jeune avec des potes et nous tairons sa véritable ID !

Il se mettra très vite à la musique sous l’influence de son père et c’est à l’âge de 6 ans qu’il jouera ses premières notes de musique classique avec un violon entre les mains pour passer plus tard à la batterie. Malheureusement ces deux instruments – aussi sympas soient-ils – ne sont pas sa came.

Lors d’un trip à Londres aux environs de 13 ans, il découvre Public Enemy et se prendra une belle fessée dont il se rappellera (il faut avouer que « Fear of a Black Planet » est une grosse balle pour les oreilles dont on se souvient !).

Après l’acquisition d’une bonne culture « Ashipé-Ashopé » à la sauce ‘ricaine pendant quelques années, c’est à 16 ans que le coquin s’esquive du lit et préfère aller poncer le dancefloor, s’enrichir de la culture club et inévitablement de la culture électro en plein boom-boom à cette époque. Nous sommes en 94, Francis Cabrel sort « La Cabane du pêcheur », Phil commence, lui, à taquiner les vinyls et à produire des sons dans sa piaule.

Quatre ans plus tard, les choses sont claires, ils ne sera pas prof d’EPS comme ses parents le voulaient, il sera DJ/Producteur de musiques électroniques (et autant dire Maman et Papa Weeks ne sont pas peu fiers aujourd’hui ! ).

Pas grand chose ne résiste à un talent indéniable, il n’a pas fallu donc beaucoup de temps pour qu’il se retrouve aux commandes des plus gros clubs de l’époque – dès 98 – comme le Queen, le Sanky’s Soap, le Circus, Ministry of Sound et j’en passe.

Tout le monde le sait, tout le monde le dit mais peu l’accepte, les « choses » prennent du temps. Phil, lui, n’en a pas à perdre, ses ambitions sont costauds et deux ans plus tard, c’est la naissance de son baby, le dénommé Robsoul Recordings !

À l’origine, Robsoul c’était surtout pour que Phil puisse sortir ses propres tracks et les diffuser. Il n’imaginait pas que ce projet aller prendre une telle ampleur pour devenir petit à petit (mais de manière follement rapide) une référence en matière de house.

Ses productions sont à base de machines bien connues de tous les amateurs du genre : Akai MPC3000, Rolland TR-303, 808, 909,…

Son terrain de jeu c’est la house, un vrai puriste inspiré de Chicago, ses créations nous font respirer par les oreilles l’ambiance des années 90 avec toujours une pointe de sauce moderne et une petite touche frenchy bien reconnaissable à Mr Weeks. !

Musique, Art, Cinéma, Party, Mode, il s’inspire de tout ce qui l’entoure sans modération ni sélection particulière.

Il sortira donc très vite sur son label “Yeah I Like It” and “It Put Me Well” (2000) qui en moins de deux mois deviendront de « crazy good shit meeen » comme il aime le dire.

Grâce au succès de ces sorties, il fera la rencontre d’autres artistes avec qui il tissera une forte amitié, et conservera avec d’autres des liens de plus longue date. Il signera donc sur Robsoul : Joss Moog, DJ W!LD, D’Julz, Chris Carrier, DJ Sneak … des « plus que potes » !

En 2001, il signera avec Hector Moralez « Time To Yourself » et « Life 2.0 » qu’on ne présente plus maintenant ! Bon ok :

On retiendra également en 2003 « Song for Maya » (Brique Rouge) qui indéniablement est une tribute à sa bien-aimée qui porte ce doux prénom.

Au cours de sa brillante carrière, quelques 70 releases sont actuellement à son actif et nous ne pourrons toutes les citer (parce que c’est dur de faire des choix) mais nous retiendrons « Who’s Gonna Be The One » avec Diz, « 4 Ways of Tweaking the 909 Kick », « Breakdown Acid », et bien d’autres…

Sa spécialité c’est le sampling, sujet qu’il maitrise particulièrement bien et qu’il saura nous montrer tout au long de sa carrière et dernièrement dans sa toute récente realease « The Art of Sampling » (2×12’’) :

 

La dernière sortie de PW est toujours sur Robsoul (RB131) et date de Janvier 2014. L’EP « Live at Palladium » comporte 3 tracks aux sonorités bien Weeksienne, encore une franche réussite :

Il suggère en outre du plaisir auditif, de nous délecter d’une petite « série » faite main par Phil lui-même intitulée « Underground Chronicles » dans laquelle, à l’aide d’une caméra il film ses trips, ses teufs, sa vie d’artiste et la partage avec ses fans.

(Last Episode)

En parlant de partage, vous pouvez également le retrouver en direct sur un livestream qu’il a nommé « Chat & Smoke » durant lequel il mixe, produit et … bref tout est dans le titre (et ça sent bon ! 😉

(Last One)

Figure tricolore de la house underground et surtout worldwidement reconnue, il le prouve avec le succès de ses sorties d’une part mais également au rythme fou des sorties du label Robsoul qui avoisine en moyenne les deux galettes par mois !

Vive Phil Weeks, longue et Dure Vie à Robsoul !

Le rendez-vous est donné le 31 Janvier au Showcase où il posera ses records bags avec DJ W!LD, Chris Carrier, et Joss Moog dans le cadre de la tournée mondiale des 15 ans de Robsoul.

Toute l’équipe Dure Vie sera présente pour transformer vos souliers en véritable rabots à poncer le dancefloor !

Nous ne pouvons donc attendre qu’une seule chose : que filent les semaines !

Guillaume Sillani

Robsoul Recordings • PHIL WEEKS

2014 is now running and we have no time to loose time so let’s make a head start for this fu%$#ing new year !

After a great party with Ark, Pit Spector and Serraw at the beginning of January, Dure Vie is going to make your hard life something sweet by inviting you to celebrate the 15th years anniversary of the famous label Robsoul Recordings !

Get prepared, it’s gonna be legen-funking-dary !

In order to prepare this crazy night, let’s begging with something that we do pretty well at Dure Vie: Telling you stories!

What could be better than beginning the new focus by introducing you the father of a pearl in the House Music, showing worldwide since now 15 years that in France we definitely have talented DJ & Producers! Ladies and gentlemen, Mr… Phil Weeks!

Philippe Ouiks was born in 1976. Red alert! This is a crazy joke! Phils Weeks is a nickname coming from a Snowboard videogame he played with friends and let’s keep his true ID secret.

Thanks to his father he will quickly start to play music (6 years old) with violin and drums. Unfortunately – even if these 2 instruments are fascinating – Phil has no particular feeling with them.

During a school trip in London at 13, he casually discover Public Ennemy and it will be for him like a revelation slap, (We’ve got to admit that « Fear of a Black Planet » is a pure dope classical shit!)

Getting a good US Hip Hop culture for years, he started at 16 to go out and shake his booty on dance floors where electronic music is knowing a real Boom! This is 1994, “The Sign” form Ace of Base is top n°1 but Phil, on his side, starts to play with platters, vinyls and producing machines!

4 years later, his ambitions are defined! He won’t be a sport teacher as his parents want him to be, he will be DJ & Producer (and it is nothing to say that Mom and Daddy weeks are more than proud of him today!)

How Artistic Directors can resist to such a talented guy? He quickly played on the booth of many famous clubs at this period (98) such as le Queen, Sanky’s Soap, Circus, Ministry of Sound, and so on…

Getting ambitions fixed and running takes time! Everybody knows it! Phil does not have any time to loose and decides 2 years later to build up his own business, the now well-known Robsoul Recordings!

Basically Robsoul was created to let Phil release his own tracks and spread them in the electronic sphere. He did not imagine how big and huge it will become in the House music world at an international level.

His tracks are made with typical and famous machines – no need to introduce them : MPC3000, Rolan TR303, 808, 909…

Music, Art, Film, Parties and Fashion are his sources of inspiration. His battlefield is House Music. As a real purist inspired by Chicago House Music, his tracks let us breathe by the ears the atmosphere of the 90’s with always a pinch of modern vibes and the Phil Weeks touch.

In 2000 «Yeah I like it» and «It Put me Well» are released and will become in few times «crazy good shit meeeen» (as PW likes to say).

Thanks to those releases he will meet others artist with whom links will get strong and longtime friendship with also get stronger. Let’s quote Joss Moog, Chris Carrier, DJ W!LD, DJ Sneak, D’Julz,… Almost all of them will be signed on Robsoul.

In 2001 the label will sign Hector Moralez for a featuring with PW : «Time To Yourself» and «Life 2.0».

«Song for Maya» (on Brique Rouge) is something to remember as it is also the name of his true love sharing his life.

From now on 70 releases are available and we cannot quote them all. Even if it is too hard to make a choice, let’s pay a particular attention to «Who’s gonna be the one» with Diz, «4 ways of tweaking the 909 kick», «Breakdown Acid», and many more…

His main creed is Sampling. He perfectly shows it once again with a recent release at the end of 2013: «The Art of Sampling» (2×12″).

The last pearl from Phil was released in January 2014. «Live at Palladium» got 3 tracks which one again perfectly fit the Weeks style.

Besides he produces a home-made series named “Underground Chronicles” in which he shares with his audience his trips, parties, gigs and other many stuff.

Sharing is something he really likes and often propose a Livestream video named “Smoke & Chat” which deals with chatting with fans like producing or DJing and… well, everything is in the title (and it smells good)!

As one of the most famous French DJ & Producer in his Chicago House field, he proved – and still does it – through regular releases as PW but also through his label which proposes almost twice a month new vinyls!

Here’s to you Mister Phil Weeks and long life to Robsoul !

Write down on your calendar to book your Friday January 31st night as the master will be at the Showcase Club with his buddies Chris Carrier, DJ W!LD and Joss Moog for the French stop of Robsoul 15th years anniversary World Tour.

The Dure Vie team will be there with you to break the dancefloor!

Guillaume Sillani