Provocative mais aussi participative, la communauté PWFM (Provocative Wave For Music) a édité son premier vinyle au début du mois d’octobre. Après le groupe Facebook, la webradio et l’événementiel… Il ne manquait plus qu’une petite galette de qualité pour venir enchanter nos oreilles. C’est désormais chose faite avec « PWFM Record 001 ».

Le motus operandi a été assez simple dès lors que l’on considère PWFM comme une grande famille. Les tracks des six jeunes producteurs présents sur l’EP : P.O., Paul André, LEOZ!NHO, YRNEH, AIROD et EKLPX ont été choisis sur vote des membres. Ce dernier a ensuite été édité de façon coopérative grâce à Diggers Factory. C’est ensuite le disquaire parisien House Monkey Records, toujours à l’affût de projets originaux, audacieux et locaux, qui a accueilli la release party et pris en charge la distribution aux crowdfunders, ou plutôt crowddiggers.

Avec « PWFM Record 001« , on retrouve un condensé de l’éclectisme musical qui fait le charme de cette communauté. L’EP naviguant sans complexe entre ambient, house et techno.

C’est P.O. et son « Robot Heart » qui ouvrent le bal. Une track ambient/house planante, entrecoupée de samples robotiques qui invitent au chill et à la rêverie.

Paul André prend le relais avec « Hype Odd », hymne house léger et ensoleillé mené par de doux vocaux féminins, un synthé et des claps invitants à lâcher prise.

« Sincerely Jack » de LEOZ!NHO nous emmène ensuite sans détour sur les traces de Farley « Jackmaster » Funk. Vibrant hommage au pionnier de la house qui donne envie de tout donner sur le dancefloor. Une track pleine de surprises et non dénuée de modernité qui téléporte tout de même l’auditeur dans les clubs de Chicago au début des années 80.

Après une face A des plus groovy, quoi de plus évident que d’offrir à la face B son lot de techno ? Elle qui mérite tant sa place sur ce que l’on pourrait appeler ici la face cachée, la face sombre du vinyle, pour s’amuser un peu.

« Revision », la track d’YRNEH distille son ambiance quelque peu malsaine à coup de hi-hats et de snares. On regrettera une prise de risques minime contrebalancée par une grande finesse dans la production. Pour une meilleure appréciation de cette production, une warehouse ou un tunnel seraient des écrins parfaits. À bon entendeur.

« Cruise Control » produite par AIROD offre une légère montée avant de dévoiler un sample acid annonciateur d’un déluge musical. Vient ensuite un gros breakdown suivi d’une avalanche de kicks, entrecoupés de zones d’apaisement. Une morceau qui porte fort bien son nom donc, et aux fortes allures de techno expérimentale aux penchants industriels.

Vient enfin EKLPX avec « 0001000″. Introduit par un mélange de kicks et de snares qui fait presque tout le thème du morceau, c’est ensuite un beau voyage au cœur d’une techno savoureuse, oscillant entre ombre et lumière jusqu’à l’extinction finale.

Avec PWFM RECORD 001, ce sont donc six producteurs de talent qui ont eu la chance d’être édités et révélés auprès d’un public nombreux. Un EP tout à fait sympathique et qui, espérons le, sera vite suivi d’un petit frère.

PWFM : FACEBOOK / SOUNDCLOUD / SITE OFFICIEL