Ralph Maruani aka Flabaire vient de sortir un troisième EP « Memories of Outer Space » sur son label D.KO Records, il se rapproche de plus en plus du soleil.

 

REVIEW

 

Après la sortie de son album « It’s Just A Silly Phase I’m Going Through » en mars dernier, j’étais comme un dingue à l’idée de me dire qu’en France, et surtout à Paname, on avait une nouvelle scène qui défonce et qui défie tout le reste. Meneur du désormais important label D.KO, Flabaire épate encore dans un mélange de style rêveur. En orbite autour de Tangerine Dream, Global Communications et Larry Heard, sa musique oscille entre nappes oniriques, gros synthés 80’s et basses arrondies Chicago style pour nous emmener vers d’autres espaces temps.

 

 

Sans faire de l’analyse de branleur, comme on nous demandait de le faire en cours de français tout au long de notre vie d’écolier, cet EP c’est un peu Ralph qui a revêtit une combi d’astronaute, a sauté dans la fusée orange de Tintin et est allé se marrer un weekend avec les astéroïdes. Ce que j’adore chez lui, c’est l’importance qu’il consacre à ses lignes de basse : toujours ultra groovy et excentriques. Sans oublier ses morceaux de breakbeat intestables, sérieux. Certainement parce qu’il est un musicien bourré (de talent), ses compositions sont hyper musicales, à la limite du live. Ça rajoute forcément de l’humanité dans le son. Le tout est harmonieux et super bien mixé, afin de nous foutre une bonne grosse claque de martien.

 

 

En éternel curieux, j’ai posé quelques questions au Cheflab (contraction de « chef » et « Flab », ses deux surnoms) et il a répondu en mode zinzin de l’espace.

INTERVIEW

flabaire-dko-dure-vie-record

Ce sont tes vrais cheveux ?

Quand j’étais enfant, ma soeur me disait qu’en réalité j’étais le fils de ma nourrice qui était mauricienne.

 

J’adore ce nouvel EP, est-ce que c’est ton préféré aussi ?

Je préfère mon album, je l’écoute en boucle depuis sa sortie en mars dernier. Plus sérieusement, après avoir sorti un disque, je ne l’écoute pas. Je me suis déjà emmerdé à le produire, alors si en plus je dois l’apprécier…

 

Tu utilises des samples quand tu composes, c’est quoi le sample le plus chelou que tu as utilisé ?

J’espère que tu bosses pas pour la SACEM ! J’utilise pas mal de samples, qui à priori n’auraient rien à faire dans un morceau de house. En fait, sampler ne fait pas partie de mon modus operandi habituel. Je sample peu, mais de temps à autres j’entends un morceau à la radio, ou dans un bar, ou peu importe, qui m’interpelle. Je me dis “ah, là il y a peut-être quelque chose …”. Par exemple j’ai eu l’idée de mon track « Local Control » après avoir entendu « Los Bravos » sur Nostalgie. Dans mon track « Morning Drama », les cordes viennent d’un morceau de Starmania

Sinon, les films pornos des années 70 sont souvent des mines de samples !

 

J’ai vu que c’était ta copine qui avait fait l’artwork de l’EP, tu lui a donné des directives ou elle a laissé libre court à son imagination ?

Je lui ai seulement dis que je voulais quelque chose dans le thème spatial, je crois qu’elle a fait mouche.

 

Ça te plaît la vie en couple ?

Je bouffe un peu trop, mais oui !

 

Tu préfères collaborer avec La Fouine ou ne plus jamais savoir jouer de guitare ?

 

Tu as à vécu Bruxelles, les frites c’est français ou belge ?

“Les pommes de terre frites sont une des plus spirituelles créations du génie parisien.”

Mais l’important ce n’est pas la frite, mais la bière. Et ça, c’est belge !

 

T’es chaud on va dans l’espace un jour ou ça te fait flipper quand même ? 

T’es quand même pas en train de me proposer un taz là ?

 

Si vous voulez chopper le skeud, c’est ici.

FLABAIRE : FACEBOOK / SOUNDCLOUD / DISCOGS

D.KO RECORDS : FACEBOOK / SOUNDCLOUD / DISCOGS / RESIDENT ADVISOR