« Fait maison », voilà ce qui décrirait le mieux le petit label parisien Godot Lab Records. En effet, il est le projet fou  du  bedroom producer naviguant entre le Mexique, l’Autriche et l’Angleterre  : Victor Arminj (également sur le label Barbe, LFDA, et Bien Tombé Records). L’idée est de sortir un disque tout seul. Eh oui, le « Godot Lab Records 001 » (sorti en mai 2016) a été totalement auto produit dans un petit studio d’appartement, construit entre des séjours à l’étranger, situé dans  la rue Godot du 9ème arrondissement, d’où il tire son nom.

Trouvant  dommage que ses productions restent sur son ordinateur , Arminj décida de se lancer dans la création de son label et la sortie de son premier vinyle. Il souhaitait être plus audacieux que la normale en tentant plus qu’une « simple » release digitale.

Tiré à seulement 200 copies, sans distributeur. Arminj a démarché un à un avec ses cartons sous le bras tous les disquaires parisiens pour voir s’ils pouvaient vendre quelques exemplaires de l’EP pour pouvoir financer une éventuelle deuxième sortie sur le micro label.

Par chance,  le disquaire parisien House Monkey Records a accepté de prendre quelques copies et trouva même un distributeur au producteur déterminé, qui put alors voir son disque commencer à se diffuser. Une fois release sur de grosses plateformes telles que « deejay.de »,  il  s’est vu soutenu par des djs comme Jus Ed qui n’ont plus à faire leur réputation.

Le macaron provocateur, mais pas vulgaire,  nous fait esquisser un sourire. Il fallait  en effet pour le macaron « un truc un peu wtf , reconnaissable, déclinable en  différentes couleurs selon les EPs à venir,  tout en donnant une autre dimension au macaron puisque le logo “joue » avec la forme du disque ».

Mais venons en au disque « The Dawn Sampler », littéralement « le sampleur de l’aube ». C’est un EP  d’une deep house particulière, étonnante et très personnelle.

Il comprend 4 tracks, toutes de Arminj, sur 2 faces.

Il cite lui-même ses influences comme étant le « rock, le rock psychédélique, le kraut rock, le blues, le jazz, la techno,  la house, le hip-hop, le funk, les bruits quotidiens, les cris des voisins,  les embouteillages, les  jam sessions et le DIY (Do it Yourself – le fait maison) ». Sacré liste complétée par une dédicace (et pas des moindres) à Curtis Mayfield, Eric Woolfson et Jerry Goldmisth.

Les deux premières  minutes de « Newtown », qui ouvrent l’EP,  pourraient nous tromper totalement sur l’ambiance de la track. Arminj y installe d’abord une atmosphère totalement planante presque ambient et mélancolique. Mais la track prend un tout autre virage lorsque des percussions aux influences brésiliennes ainsi que des notes d’orgues prennent le dessus. S’il devait y avoir une sous-division de la house consacrée à faire des bandes originales de film, ce morceau en serait un exemple.

« Mirror », l’A2, est une petite deep house tranquille mais pas trop, marquée par une ondoyante ligne d’acid, fort sympathique.

Mais c’est la face B qui incarne le plus l’ambiance annoncée par le titre « le sampler de l’aube ». Une ambiance d’entre deux, où le jour et la nuit se confondent dans un subtil équilibre entre douceur et mélancolie.

En toute non-objectivité c’est « Phrase »  qui pourrait être l’éponyme de l’EP. Crépusculaire, presque stellaire, cette house sans prétention nous fait un petit peu planer en orbite. Deux voix, se répondent comme un dialogue : une masculine,  comme une injonction répétée, et un sample de la voix de Jocelyn Brown sur « Somebody else’s guy », ici devenue  traînante et douce. Tout ça sur des notes aux influences house lo-fi, à écouter face à la mer ou en after aux premières lueurs du jour.

Enfin  « Godot » clôt le disque avec des samples extrêmement « hachés » qui donnent directement le ton du morceau. Les loops assez répétitifs de strings couplés à un clap et un snare minimaliste, lui donnent des airs presque orientaux. Envoûtant.

Godot Lab Records est donc une affaire à suivre avec un « GLR 002 » dont la sortie est bientôt prévue et un 003 en préparation…

GODOT LAB RECORDS : FACEBOOK / SOUNDCLOUD