Photo à la une © L’Oeil de Rousseau

À l’image d’initiatives lancées à Barcelone, aux Pays-Bas, à Londres ou en Allemagne, certains organisateurs de festivals français souhaitent lancer les discussions autour de protocoles sanitaires renforcés pour voir leurs événements organisés en 2021. 

En novembre dernier, 119 festivals français signaient une tribune afin d’interpeller les pouvoirs publics sur leur sort en 2021. Après une cascade d’annulations cette année face à la crise sanitaire, leurs équipes sont décidées à « y croire » pour la bonne tenue de leurs événements l’année prochaine. Début octobre, plus de 1500 représentants de ces festivals s’étaient rassemblés à Avignon pour organiser les premiers Etats Généraux de leur profession sous l’égide du Ministère de la Culture et de Roselyne Bachelot, sans toutefois obtenir des réponses concrètes quant à la tenue de leurs événements en 2021. 

Les organisateurs et équipes de de ces festivals se disaient « déterminés » à organiser des éditions « adaptées au contexte sanitaire ». « Rien ne nous interdit d’y croire », écrivent-ils dans cette tribune. « Optimistes de nature, entrepreneurs de métier, nous sommes engagés pleinement dans la préparation de nos prochaines éditions. En responsabilité, nous travaillons avec les services de l’Etat [et sommes] tous mobilisés pour préserver l’esprit de fête et de partage qui caractérise nos rendez-vous. »

Parmi les signataires, on retrouve AstropolisDream NationEvasion FestivalMaMA FestivalMarvellous IslandName FestivalNancy Jazz PulsationsPeacock SocietyPitchforkVillette Sonique ou encore We Love Green.

Protocole sanitaire pour le retour des festivals

Reste que si le vaccin semble être la clé de voûte d’un retour de ces événements, certains organisateurs, comme Michel Jovanovic, le créateur du festival de reggae No Logo qui a lieu chaque année en août à Saint-Malo, veulent rapidement établir un protocole sanitaire concret. « Je vais lancer un groupe de travail début janvier, avec des scientifiques, pour mettre en place un protocole à soumettre aux autorités pour la reprise des festivals.« , explique-t-il pour Ouest France. « J’invite d’ailleurs les autres directeurs de festivals et événements bretons en plein air à se joindre à nous. » 

Crédit © L’Oeil de Rousseau

Au cœur de cette réflexion, le directeur du festival prend exemple sur plusieurs études et concerts-test menés ou en cours de réalisation notamment à Barcelone, aux Pays-Bas, ou encore à Londres où le Club 100 projette d’ouvrir une salle avec un système de ventilation Covid-compatible dans le courant du mois de janvier. « L’initiative est bonne et mériterait d’être reprise par les ministères de la Culture et de la Santé », poursuit Michel Jovanovic, toujours pour Ouest France. 

Le festival No Logo a d’ores et déjà entamé les discussions autour de ces nouvelles conditions, qui comprendraient notamment de nouvelles files de circulation, de la restauration assise et une surveillance accrue, sans compter le respect strict des gestes barrières. Seul hic : la nécessité d’un public assis qui selon l’organisateur n’est pas conforme à l’image que l’on se fait d’un festival. Comme beaucoup, le No Logo a conservé 80% de sa programmation et espère un retour en liesse de la fête pour 2021. 

Source: Ouest France