Il existe certains manques plus difficiles à supporter que d’autres. La communauté de festivaliers de Dour ne manquera jamais de vous dire le contraire. Elle le fait vivement comprendre dans nombre d’événements où ses « DOUREUUUH » insupportables résonnent à longueur de temps.

Pour remédier à cela, l’équipe du mythique festival Belge a proposé à quelques 2500 fêtards une petite sauterie intitulée Bxl Mon Amourrr. Folle nuit électronique sise au sein des hangars du Bruxelles Kart Expo le 29 octobre dernier. Histoire de consoler certains d’une longue année d’attente.

Après une sympathique ballade en train entre la gare du Midi et Grand Bigard, nous voici au cœur d’une zone industrielle où il suffit de suivre le bruit sourd des basses pour atteindre la soirée. L’accueil est des plus chaleureux et l’entrée parfaitement fluide. Il nous faut donc peu de temps pour être propulsés en première ligne sur le dancefloor du hall 1, qu’Amelie Lens échauffe de ses kicks assassins. La soirée ayant commencé tôt, nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion de profiter de ses talentueux compatriotes Belges que sont Pierre et Cleveland.

Tandis que la jeune prodige balance ses productions telles que le désormais classique « Exhale » et autres trouvailles de son cru, on en profite pour visiter les lieux qui sont efficacement agencés en deux grands halls communicants sans que cela n’influe sur le son. Ils sont agrémentés d’un immense espace VIP relativement inutile et d’un espace fumoir et toilettes extérieurs. Pour ce qui est de l’affluence on ne se marche absolument pas sur les pieds avec une jauge de 3000 personnes pour un lieu qui pourrait sans doute en accueillir le triple et ne sera finalement foulé que par 2500 fêtards. Le lightshow pour sa part est simple et efficace. Il faut dire que la team de Dour n’est pas du genre à s’emmerder avec des fioritures. On est plus proche de la rave pure et dure que de Tomorrowland.

On enchaîne ensuite avec l’écossais Jackmaster qui nous fait groover comme il faut, histoire d’être fin prêt pour Apollonia. Les trois lascars nous envoient en l’air tandis que Pional et Max Cooper s’occupent du second hall. On ne peut malheureusement pas être partout et il est parfois bon d’être chauvin. C’est dans ce même second hall que nous allons enfin nous implanter pour le grand Carl Craig. Ce dernier nous offre une performance sans trop de prises de risque mais il est toujours agréable de se prendre ce bon vieux « Never Grow Old » en pleine face au milieu de danseurs transis à quatre heure du matin.

Passé ce peak time, il est déjà temps de retourner dans le centre de Bruxelles pour un petit tour du côté de Fuse. On se dit alors que Bxl Mon Amourrr fût un concentré de fiesta à la Belge avec ses basses qui résonnent et ses litres de Jupiler. Malgré une organisation au poil et des tarifs abordables, on regrettera pourtant le minimalisme d’un événement qui aurait pût s’avérer dantesque. Ce premier jet s’est tout de même avéré plutôt réussi. Pour la suite, c’est du 12 au 16 juillet que cela se passe. À Dour évidemment.

Crédit Photo :  FX Willems

BXL MON AMOURRR : FACEBOOK / SITE OFFICIEL

DOUR FESTIVAL : FACEBOOK / SITE OFFICIEL