Retour vers le futur – Musique expérimentale !

On a posé énormément de questions aux artistes du genre « Comment tu fais ça ? » ou « Pourquoi tu fais-ci ? »

Intimement vôtre.

Le 23, 24, 25 et 26 s’est déroulé la 6ème édition du festival Bruits Blancs. Né du compositeur Frank Vigroux et de l’écrivain Michel Simonot, ce projet résonne déjà vers le futur. Il s’agit, ici, d’une manière alternative de créer. Le spectateur : vous, devenez le principal acteur. Le fil conducteur généralement imposé dans le monde autoritaire que nous connaissons prend, là, de nombreuses directions poétiques. Votre imaginaire retrouve sa vigueur future.

Ici et là, vos yeux fixes, votre corps figé, votre esprit s’évade dans ce lieu de fabrique Anis Gras. Un laboratoire dans lequel naissent de l’instant T, des mélodies expérimentales parfois accompagnées de visuels.

Le chaos dans l’ordre, l’ordre dans le chaos. Trois artistes se complètent chaque jour. Tous ont créé leur outil de sonorités audio (et visuelles), certains utiliseront les enregistrements de la sonde Voyager Golden Records avec des algorithmes et créeront ainsi des échantillons sonores comme navigation spatio-temporelle – Nicolas Maigret. D’autres opteront pour l’étude du mouvement avec des problématiques telles que la nature plastique dans l’univers social et philosophique en jouant avec 1000 pixels et leurs sens de gravité – Antoine Schmitt. D’autres encore feront naître le concept de Bass Holography afin de faire parler ce qui n’est pas encore mais le devient avec ces simples mots – Floy Krouchi.

Alors que Clara de Asis détournera son objet de base ; sa guitare électrique pour composer de la musique électroacoustique et ainsi dépasser le mode conventionnel de l’approche instrumentale.

Arnaud Rivière pratique quant à lui, l’improvisation libre à tendance bruitiste et construit de façon rudimentaire son jeu ; électrophone qui n’en finit plus d’être réparé, table de mixage, micros-capteurs et gestes brusques, il prône le non-sens et la rupture satirique du drame devenu comédie.

Sec (on a acheté son CD) est un inventeur contemporain, il recherche des dispositifs de rétroaction et utilise le logiciel Revox reel-to-reel pour déformer des matériaux sonores comme oscillateurs, microphones…

La dernière journée, les écrivains comme Dominique Maurizi, Charles Robinson, Marc Perrin et bien plus… ont pris la parole sous les variations auditives de Ben Miller, Philippe Foch, Helene Brenschand Cosmique est le moins que l’on puisse en dire. L’écriture pour nous rappeler que la musique est une forme d’écriture tout comme l’art et tout ce qui laisse une empreinte capable de changer le monde.

Le minimalisme est au rendez-vous, l’envie de plonger dans les profondeurs – lesdites glacées car inconnues – se propage peu à peu et ruisselle de bonnes surprises. Bruits Blancs est alors l’occasion d’agir avec ce qui nous entoure et non de réagir face à celui-ci, c’est à dire : de ne pas perdre le contrôle sur ce monde de technologies mais de s’en servir, de comprendre sa beauté et d’accepter…

Bruits Blancs #6


L’étendue de ce concept chemine et prend de l’ampleur. Les foules l’ont essayé et l’adoptent. Au théâtre Le Vent Des Signes de Toulouse et le 10 décembre et bientôt à l’international.

Merci à Thierry Gourmelen (chargé de développement) et toutes ces bonnes personnes qui ont fait vivre un projet alternatif comme celui-ci, en dehors de la scène parisienne.

BRUITS BLANCS : FACEBOOK / SITE OFFICIEL