On se souvient encore du véritable phénomène d’engouement à l’arrivée du Gorafi, versant humoristique et contrepied fendard de la presse française. En 2013, la presse électronique voyait elle aussi naître son équivalent satirique – aujourd’hui resté premier site francophone  d’informations parodiques consacré à la musique électronique française. Ravelations critique aussi bien qu’il analyse, et derrière son point de vue tranché, se cache une véritable expertise musicale. Pour son quatrième anniversaire, Ravelations « paie sa tournée » à travers la France dès novembre 2017 – et sera sur la route pendant plusieurs mois pour délivrer de vraies bonnes ondes sonores. 

Le dicton rhétorique « Si je mens, je vais en after » et la mention #EntenduEnAfter sont devenus les emblêmes de Ravelations – aussi connu pour ses sujets rocambolesques que vous avez sans doute déjà vu passer : « Angers. Il propose des pitch en after : 3 morts par étouffement« , « Il déclare haut et fort que Funktion One est le meilleur système sound system qui soit mais ne sait pas pourquoi« , ou encore le fameux « Il porte ses bracelets de festivals depuis huit ans, il se fait amputer d’un bras » qui nous avait tous bien dégoûté (mais avant tout fait rire) cet été. À coups d’articles et flashs infos détournés, de fausses publicités, de montages photos et vidéos et bien plus encore, tous les moyens sont bons pour Ravelations de tourner la scène électronique en ridicule – mais surtout de toujours dire le vrai implicitement.

 

Pour son quatrième anniversaire, Ravelations sort des internets et « paie sa tournée » dans toute la France. Première étape à Paris le 4 novembre avec la légende française D’Julz, le vétéran des raves parisiennes Grego G et une figure de la nuit parisienne, Eric Labbé, au Badaboum. Suivra le Rex toulousain le 18 novembre avec le pilier de la techno et du hardcore Manu le Malin et Psaum, représentant de La Chinerie, puis au Redgate de Bordeaux le 24, au Warehouse à Nantes le 25, au Téléphone Rose d’Annecy le 1er décembre, et au Bellona Club de Lyon le lendemain avec Kiko.

Ravelations marquera une pause hivernale avant son retour en 2018 à Angers, Grenoble, Nancy, Poitiers et Valence notamment, toujours accompagné du Ravelations Big Band, formé par les deux rédacteurs en chef du site et une musique à leur image : polka soudanaise, balades électros et cryo-pop tortueuse seront au programme. On nous prévient : « ça part dans tous les sens mais met tout le monde d’accord« . Blague, évidemment.

À chaque date, expositions et projections feront redécouvrir l’univers singulier du site sur écran géant, et notamment les punchlines #EntenduEnAfter. Les plus accros pourront se rendre au stand de vente de T-Shirts, qui vous permettra d’enfin acquérir le fameux « Si je mens, je vais en after ».

Alors Ravelations, tu paies ta tournée au sens propre ? On a déjà la réponse : « Si vous mentez, on va en after ».

Plus d’infos sur le site ou la page Facebook de Ravelations

La tournée