Photo à la une © Greglcz / Milan Peterlongo

Certains montent des labels, d’autres des soirées. Certains font du live, d’autres du DJ set. Les parisiens d’Aurore 404, eux, font les deux. Et le 17 mai prochain, pour leur 1 an, le collectif invite une des plus grandes forces house de ces dernières années, Ian Pooley, au Nouveau Casino. Rencontre avant l’événement. 

« Aurore 404 est né d’un partage de sons, nos productions, et pleins d’autres choses. Au bout de 6 mois d’échanges entre producteurs et diggeurs, on a eu envie de concrétiser et formaliser tout ça autour d’un label de musique, pour pouvoir sortir nos productions.« , nous explique Cindie. Une synergie qui leur permet aujourd’hui d’être 15 membres, dont pas moins de 10 producteurs aux inspirations différentes. Résultat : un label éclectique qui ne se cantonne pas à un seul style de musique électronique. « Sur notre page Facebook on peut lire : “Multifaced record label experimenting electronic music through various kinds of imprints ». C’est la phrase qui nous correspond le mieux et qui définit le plus justement notre univers. On veut diffuser de la musique électronique, quelle que soit la forme ou le genre. »

Label ou collectif : pourquoi choisir ? 

Leur premier EP Avec Ou Sans Sucre ? s’affiche « très house avec beaucoup de groove« , tandis que le deuxième, Ablutions, « met en avant des sonorités plus deep, plus minimal. » Une orientation house dont ils veulent explorer une nouvelle facette breakée pour le prochain projet qui sortira autour de NairLess, mais aussi d’autres idées, comme « un sub-label un peu ambient. » poursuit Théophile, « On veut faire de la musique et ne pas se mettre trop de barrières.« 

En plus du label, Aurore 404 est aussi un collectif organisateur de soirées. « On joue de tout. On invite des artistes différents, tant que ça nous plait et que ça peut coller au thème qu’on souhaite ressortir.« , explique Cindie. Si leur domaine premier reste le label, l’organisation de soirées, comme beaucoup en France, découle du principe de devoir le financer. « Certains dans le label s’épanouissaient plus sur ce côté organisation, et maintenant, on aime avoir ces deux casquettes : le côté label et le côté collectif/orga de soirée.« 

Un côté déjanté qui nous séduit 

De temps à autres, Aurore 404 utilise l’avantage du stream vidéo sur Facebook pour pouvoir communiquer sur ses sorties. « C’est vraiment un truc sur lequel on se marre bien. On se prend pas au sérieux  : on danse, on se déguise, on se retrouve pour passer du temps tous ensemble et faire vivre un bon moment à ceux qui nous regardent ! » ironise Cindie. « On en profite aussi pour présenter nos prochaines sorties. Par exemple, le dernier c’était “Squat and Sounds” donc on s’est tous muni de notre meilleur déguisement sportif, le plus kitsch possible, et hop on a fait deux heures de stream en présentant notre EP “Ablutions” avec des entraînements sportifs en même temps !”

Le 17 mai prochain, Aurore 404 investira le Nouveau Casino pour la première année de son label, en invitant Ian Pooley, le berlinois spécialiste de la house punchy. “On voulait marquer le coup. Ian Pooley, c’est un artiste qui fait l’unanimité dans le label, on l’adore : d’une certaine manière on se fait un peu un cadeau. C’est un des grands monsieurs de la house et pourtant on le voit pas tant que ça sur le devant de la scène ces dernières années : on s’est dit que c’était le bon moment pour le faire jouer à Paris !”, précise Théophile. 

Plus d’infos sur l’événement Facebook, et vos préventes sur la billetterie en ligne