La diggeuse italienne Matisa, grande collectionneuse de vinyles et productrice touche-à-tout entre house, techno, électro et disco fait son arrivée tonitruante en France. Si elle est déjà une reine de la nuit à Florence avec son concept de soirée The Naked Dance qui accueille sa scène LGTBQI+ (hétéro friendly), l’occasion sera à ne pas manquer ce samedi 4 janvier où elle sera l’invitée de La Mona à La Bellevilloise. Échauffement dans ce mix exclusif à écouter sans modération. 

Où et comment as-tu enregistré ce podcast ?

J’ai enregistré ce podcast dans mon appartement à Florence, où je vis depuis un an avec seulement une partie de ma collection de vinyles. Le support vinyle me permet de communiquer avec mon public et la table de mixage me permet de créer de l’émotion dans mes sets. J’adore la qualité audio de ce support, j’adore l’odeur du vinyle, je ne pourrai jamais m’en passer. 

Comment as-tu conçu la tracklist ? 

Chaque vinyle que je joue crée des émotions en moi, il doit y avoir une harmonie d’un vinyle à l’autre… Évidemment un podcast est comme laisser quelque chose écrit sur une feuille de papier. Le thème donne l’humeur de la personne qui l’interprète. Je vous laisse le soin de comprendre l’humeur que j’avais quand je l’ai enregistré pour vous ! 

Quels sont tes styles de musique de prédilection et pourquoi ? 

J’apprécie tous les styles de musique vraiment. Je n’ai aucune limite de genre et ma collection de vinyles est aussi sans limite. Ma signature personnelle sera toujours : pas de genre particulier. Et cela s’applique aussi à ma vie personnelle !

Après si je dois choisir un ou plusieurs styles en particulier, je dirais toute la musique house, progressive / techno des années 90. La musique qui a fait la culture club des années 90 est quelque chose d’extrêmement important dans l’histoire de la musique et je sens que je veux la revivre aujourd’hui : dans ma production musicale qui se rapproche beaucoup de ces sonorités. 

Quel serait le moment parfait pour écouter ce mix ? 

Je l’écouterais sans hésiter avant d’aller à une teuf, ça c’est sûr ! 

Comment se développe la voix LGBTQI+ sur la scène électronique en Italie ?

Les clubs et festivals accueillent de plus en plus les Djs et les producteurs venant de la sphère LGBTQI+, leur permettant de transmettre de plus en plus leur vision de la musique électronique : une vision engagée politiquement dans la lutte contre les discriminations et les hiérarchies raciales. 

La scène clandestine queer transcende le langage musical traditionnel pour le parsemer d’aspects rituels, sinon magiques. Je pense que nous sommes dans un grand moment historique.

Il y a plusieurs artistes gays et trans qui révolutionnent le concept même de la musique et du clubbing. L’avenir est déjà là. En Italie, nous atteindrons lentement ce point. Malheureusement, nous sommes encore loin de cette réalité pour le moment mais j’ai bonne espoir que les mentalités changent vite.

Peux tu nous parler de ton projet de soirée « The Naked Dance » ? 

Les soirées « The Naked Dance » sont un peu comme mon enfant. C’est une fête proposant un espace de liberté unique pour tout le monde dans un club.  L’idée derrière ce concept était de jouer devant un public totalement décomplexé et grace à mon équipe, nous avons relevé ce pari. 

On a organisé ces events pendant un an dans le super Club Perugia à Florence et cette année, on a fait une édition au Doctor Sax à Turin, un des clubs emblématiques de la ville. 

L’union, la liberté et l’harmonie sont les 3 piliers de ces événements et j’espère bien vous y croiser un jour ! 

Quels sont tes projets à venir ? 

Beaucoup de releases vont sortir en 2020, allons-y dans l’ordre : tout d’abord une re-édition d’un chef-d’œuvre par The Beloved – Sweet Harmony on Anything Goes – Rollover Edit Service ; puis en février une de mes productions originales « Gabardine », sortira sur le célèbre label australien Butter Sessions ; une autre de mes tracks sortira en mars sur la célèbre compilation annuelle de Moxie sur son label Onloop ; et puis ce dont je suis très fière c’est la sortie d’un full EP de 4 titres incluant un remix de Kim Ann Foxman qui sortira sur Biologic Records, le label français de DC Salas et Abstraxion.

Côté dates, je jouerai un peu partout en Europe dès début 2020 et à La Mona le 4 janvier pour ma première date parisienne. Je suis très excitée et j’espère vous y croiser. 

Retrouvez toutes les informations de l’événement du 4 janvier à La Bellevilloise sur l’événement Facebook, et vos préventes sur la billetterie en ligne