Depuis quelques mois, les noctambules parisiens découvrent Boskøw sur les dancefloors de grands clubs de la capitale comme le Badaboum, le YOYO (avec I Hate Models) ou (feu) Concrete. Son secret : un cocktail sulfureux de kicks et de textures entre ambient et techno dans ce podcast d’1h à écouter et partager sans modération.

Dans quel mood étais-tu lorsque tu as enregistré ce podcast ?

J’avais envie de raconter une histoire perchée quelque part entre le froid des montagnes et la moiteur des forêts tropicales. Un voyage introspectif et organique, assez loin des énergies habituelles du dancefloor. 

Quel serait le moment idéal pour l’écouter ?

Au petit matin, avec un café allongé et un gros joint de strawberry kush. 

Quels sont les artistes / labels que tu as sélectionnés ?

Je suis allé piocher au milieu des références deep-techno ou ambient-techno qui me fascinent depuis des années. C’était l’occasion de rendre hommage à des artistes que j’adore jouer comme Forest Drive West, Valentino Mora, Sergie Rezza, Monolake ou encore Dorisburg. Côté labels, on retrouve les pointures de ce style (Delsin, Spazio Disponibile, Hypnus) et d’autres moins connus que je recommande tout autant : Mountain Explosion Device ou Intercontinental Dance Organization par exemple.

Tu es aussi producteur et tu sortais notamment ton superbe album In Fine il y a quelques mois.

In Fine, c’était la suite logique de mon premier EP sorti sur le même label italien (OVUNQVE). L’album est un peu dans la veine de ce podcast d’ailleurs, entre ambient & techno : très texturé, ésotérique, cinématographique. J’ai eu d’excellents retours auxquels je ne m’attendaient pas forcément, avec une musique aussi intime, c’est chanmé. 

Et pour la suite ? 

J’ai eu pas mal de dates en 2019 et je me rends compte que ça influe directement sur la musique que je crée. Je pense me remettre dans une bulle de composition mais en me dirigeant cette fois-ci vers quelque chose de plus spontané, plus orienté dancefloor pour le coup. Sans perdre pour autant les textures et les univers qui me caractérisent, forcément.

Vous pouvez suivre Boskøw sur Facebook et Soundcloud