What’s wrong with sampling ? Pour reprendre de façon (un poil) modifié les mots de Letta Mbulu, chaque mois, l’équipe des Chineurs des Origines (un des groupes de La Chinerie consacré aux musiques à l’origine des samples et couvrant un vaste paysage de genres funk, disco, jazz, musiques brésiliennes et bien d’autres) sélectionne quelques tracks de musique électronique mais pas que et les morceaux qui ont été samplés dessus pour célébrer non seulement une des techniques de production les plus utilisées mais aussi les morceaux d’origine qu’elle réinterprète. Pour ne pas les oublier ! 

La technique du sampling (ou « échantillonage » en français) consiste à récupérer un extrait sonore d’un autre enregistrement plus long et d’en faire une boucle ou encore d’extraire certains éléments rythmiques ou mélodiques pour les réutiliser. Évacuons d’abord ici toutes les réutilisations d’extraits vocaux de dialogues de films, d’interviews… Mais aussi importante soit leur utilisation, ce n’est pas ce qui nous intéressera particulièrement ici.

La technique du sampling a été utilisée dès les années 50 dans les expérementations de la musique concrète et par les pionners de la musique électronique. C’est à la fin des années 70 avec la naissance du Hip Hop que le sample fera son apparation et se démocratisera sous la forme qu’on lui connait aujourd’hui. S’il a largement été utilisé dans la musique électronique grâce à la popularisation d’échantillonneurs et de sampleurs comme les MPC de Akai ou les SP de Roland, et aussi contribué à la patte de certains beatmakers comme Madlib, J Dilla ou encore MF Doom (pour ne citer qu’eux), son utilisation a été et demeure dans une certaine mesure toujours controversée.

Au-delà de tous les problèmes juridiques qu’une telle technique a pu poser (les samples modernes utilisant des musiques préexistantes contrairement aux bruits libres de droits utilisés par les artistes de la musique concrète par exemple), et malgré sa banalisation voire son hégémonie, on peut toujours lire des phrases comme « sampler c’est tricher« . C’est évidemment une prise de position que l’on ne partage pas, le sampling étant une forme d’art et de technique comme une autre, qui tour à tour témoigne d’un travail de recherche, de sélection d’éléments marquants afin de les réutiliser à bon escient, sans oublier un formidable moyen de redécouverte de morceaux parfois oubliés.

Whirlpool Production ⏤ From Disco to Disco

Avec son lancinant solo de Fender Rhodes et sa vocale légèrement fausse appuyée par des coeurs, ce classique absolu de house sorti en 1996 a un sample assez original. Les éléments rythmiques loopés en boucle tout au long de la track sont extraits de l’instrumentale d’une track d’un de nos monuments de la chanson française : la belle Lio. Tiré d’un de ses titres de début de carrière (1980 pour être précis), « Comix Discomix » est un tube franchement boogie et a été produit par l’un des membres fondateurs du groupe d’italo disco belge Telex (dédicace à Tanguy). Ça explique la grande qualité de l’instrumentale de cette chanson dont le refrain a été repris ici.

La track

Le sample

Chaos in The CBD ⏤ 78 to Stanley Bay 

Pour ce titre très deep, le duo de Nouvelle Zélande a samplé et totalement retourné le clavier du titre boogie du groupe Midnight Express, « Danger Zone », sorti en 1983. Le titre est plutôt mélancolique et très deep, malgré le clavier sur un thème mineur qui restait assez « upbeat ».

La track

Le sample

Dwayne Jensen ⏤ My People 

Ce banger house régulièrement passé par MCDE et sorti en 2012 sur Landed Records sample de multiples éléments comme les vents, certaines vocales chopped  et le break du tube disco « Gotta keep on trying » du groupe Tenderness qui date de 1978. Un favori de Dj Harvey !

La track

Le sample

Gene Farris ⏤ Mainline Disco 

Si vous doutiez encore du génie musical de Leroy Burgess, Mainline devrait suffire à vous convaincre ! Gene Farris n’est pas le seul à s’être inspiré de ce morceau de Black Ivory a la bassline de tueur. Frankie Knucles (sous l’alias Director’s Cut) et Barbara Tucker y sont également passés.

La track

Le sample

Earl & Koffi ⏤ Sure Thing 

Un peu de publicité intestine pour un des premiers uploads de la chaîne Youtube de Chineurs de House : « Sure Thing » d’Earl & Koffi sorti sur Mélange. Le titre reprend la basse, les vents et le clavier du break de « Change » de Donald Byrd. On le retrouve sur l’un des meilleurs albums de jazz/funk fusion de tous les temps « Places and Spaces » du trompettiste dont nous ne pouvons que recommander chaudement l’écoute.

La track

Le sample

Retrouvez les Chineurs des Origines sur le groupe Facebook : des podcasts et playlists régulières y sont postés. 

Chineurs des Origines : Facebook / Instagram / Soundcloud / Youtube

Prochaine date au Trac le 4 mai, en entrée libre.