Marcel Fengler est aujourd’hui non seulement reconnu par Resident Advisor comme un des DJs techno les plus pointus, mais aussi analysé par Electronic Beats comme une « personnalité multi-facettes » dont les oreilles se baladent volontiers hors de sentiers de la musique électronique… On lui a demandé de nous sélectionner les 5 morceaux qui l’ont le plus influencé dans sa carrière, avant son set ce dimanche au DIEZE de Montpellier. 

U.N.K.L.E. feat Richard Ashcroft – Lonely Soul

Je n’étais pourtant pas vraiment un fan d’U.N.K.L.E avant d’écouter ce track pour la première fois. Sorti sur leur album Psyence Fiction en 1999, ce morceau est la porte ouverte à l’écoute de ce qui est selon moi leur meilleur album. Même si ce track se distingue des autres, « Lonely Soul » est incroyable, surtout après que DJ Shadow y ait ajouté sa patte. Les puissantes cordes et surtout l’incroyable voix de Richard Ashcroft, le soliste de The Verve, le rend vraiment spécial.

Hans Zimmer – Time

J’aime beaucoup les musiques de film de manière générale. Nul besoin de présenter le génie Hans Zimmer, qui je pense est le plus important et le plus riche transfert de l’Allemagne qu’à pu connaître Hollywood. Il a reçu les Oscars très mérités pour ses films The Thin Red LineGladiator et Interstellar. En ce sens, « Time » – tiré du film Inception avec Leonardo Di Caprio est une de ses meilleures compositions. Je le classe au-dessus de tous les autres morceaux qu’il a pu composer, c’est la pièce maîtresse de ce genre de musique à écouter lorsqu’il est temps de fermer les yeux et de sentir la chair de poule sur ses bras.

Portishead – Strangers

Du nom de la petite ville britannique de Portishead près de Bristol d’où le leader du groupe Geoff Barrow est originaire, j’ai découvert Portishead avec leur album « Dummy » en 1994. Barrow a été inspiré par ses sessions en studio avec Massive Attack, que j’aime beaucoup aussi d’ailleurs. Je dirais que ces deux groupes ont été une véritable inspiration pour la musique trip hop bien deep et pleine de basses. Il faut dire que j’ai écouté beaucoup de musique à côté de l’électronique. « Strangers » est ma préférée de l’album, parce qu’elle a une grosse basse puissante et des kicks qui s’harmonisent parfaitement à la voix de la chanteuse du groupe, Beth Gibbons.

Electric Beat Crew – Here we come

Vers la fin des années 80, le duo Electric Beat Crew (Olaf Kretschmann et Marco Birkner) ont eu un réel impact non seulement sur moi, mais aussi sur toute une génération de jeunes de l’ex Allemagne de l’Est de manière générale. Ils ont sorti le seul et unique disque de hip hop en anglais de cette ancienne région. C’était quelque chose de différent, et presque même une sorte de mouvement novateur comme le hip hop et le breakdance n’existaient pas à ce moment-là. Du coup, l’Electric Beat Crew – et aussi le film Beat Street m’ont beaucoup inspiré au moment où le Mur est tombé.

Radiohead – No Surprises

La première fois que j’ai entendu Radiohead, c’était à l’origine d’une recommandation faite par un de mes bons amis. Il m’a donné l’album « Ok Computer » sorti en 1997, et l’écoute a juste été extraordinaire. Je veux dire par là qu’ils ont produit de très bons tracks comme « Karma Police » ou « Paranoid Android« , mais « No Surprises » a été celui que je n’ai jamais pu enlever de ma tête. Leur album suivant, « Kid A« , était plus dominé par la musique électronique et ça m’a aussi renversé. Depuis ce moment-là j’ai toujours été un très grand fan du groupe et de la voix unique de Tom Yorke.

Event 7 maiRAUM invites Materia

Marcel Fengler : Facebook / Soundcloud / Discogs / RA