Mauvaise nouvelle. Au vu de l’évolution de l’épidémie, le ministère de la Culture a écarté la possibilité d’une réouverture des cinémas, musées et salles de spectacle dans les prochaines semaines. 

Il faudra encore s’armer de patience. Fin décembre, le ministère de la Culture avait fixé la date butoir du mercredi 20 janvier pour une possible réouverture des lieux culturels, mais force est de constater que ce n’est plus d’actualité. Le « modèle résilient » d’une réouverture progressive par « paliers » de ces lieux – envisagé un temps – n’assurerait pas non plus pour l’instant la sécurité sanitaire du public. 

« La nouvelle donne sanitaire, avec l’apparition des variants du Covid, ne permet pas d’annoncer un processus de réouverture des cinémas, musées et salles de spectacle », a indiqué Roselyne Bachelot, qui précisait également devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale : « Nous sommes face à un nouveau chapitre de l’épidémie qui nous prive de visibilité ».

En réponse, le ministère promet de « prolonger l’accompagnement économique et financier » de ces secteurs « aussi longtemps que la crise du Covid durera« . « Nous entrons dans une deuxième étape afin d’actualiser les calibrages budgétaires des mesures transversales (exonérations de charges sociales, activité partielle sans reste à charge, prêt garanti par l’Etat) et des mesures spécifiques (fonds de sauvegarde, fonds d’urgence) », a de son côté précisé le cabinet de la ministre de la Culture. 

Le ministère s’est également prononcé sur le prolongement et report de « l’année blanche » pour les intermittents du spectacle au-delà de la date du 31 août. Il estime que « les intermittents ne sont pas tous égaux face à la situation actuelle – le secteur audiovisuel, par exemple, fonctionne » et que cela ne concernerait que certains « profils ».

Dernière épine dans le pied, à la lettre ouverte du patron du Hellfest proposant un protocole sanitaire où les festivaliers se présenteraient avec un test négatif de moins de 48 à 72 heures pour assister à l’événement, Roselyne Bachelot répondait ce lundi : « Peut-on facturer à l’Assurance-maladie un test d’entrée dans un festival ? C’est une question, à la limite, éthique. » La semaine dernière pourtant, la ministre de la Culture avait engagé son discours auprès des festivals français, assurant que le gouvernement « fera tout » pour leur tenue cette année.