Photo à la une © Anaïs Fayola

C’est le premier « grand » festival parisien à jeter l’éponge pour 2021. Initialement prévu du 16 au 18 juin, Solidays n’aura pas lieu à l’Hippodrome de Longchamp.

Coup de massue. À quelques mois de l’été et à quelques jours de nouvelles annonces de Roselyne Bachelot concernant le sort des festivals français, le festival Solidays a annoncé ce mercredi son annulation pour la deuxième année consécutive. 

« La probabilité de pouvoir jouer en plein-air, en grande jauge, debout cet été est tellement faible qu’il ne nous semble pas raisonnable de vouloir y croire plus longtemps. Cette incertitude qui nous ronge depuis des mois engendre de la crainte. Et pour Solidarité Sida, l’avenir doit rester une promesse et non pas devenir une menace. », explique le communiqué sur le site internet de Solidays

« L’avenir du festival se fait en pointillés », a quant à lui expliqué son directeur Luc Barruet au micro de France Inter. « Ça fait des semaines et des semaines qu’on cultive l’espoir, qu’on se dit qu’on espère que ça ira mieux après les vacances de Noël, que le contexte nous permettra de croire que cet été il y aura des festivals en plein air, en grande jauge et debout… »

En effet, l’inquiétude grandit depuis la prise de parole de Roselyne Bachelot ce mercredi. La ministre de la Culture a confirmé être pessimiste sur la tenue des « grands » festivals « debout », ce qui annoncerait une nouvelle saison noire pour un secteur déjà mis à mal par la cascade d’annulations de l’année dernière. 

« L’enjeu, c’est que si on veut dépasser cette nouvelle épreuve de 2021, il faut apporter des réponses aux festivals – à Solidays notamment, par rapport aux contributions financières du public, mais pas seulement. Les autres festivals en ont besoin.On parle de 2021, mais derrière, c’est 2022 qui est en jeu. », a alarmé le directeur de Solidays.