Depuis 5 ans, la Paris Electronic Week (la PEW, pour les intimes) investit la capitale française et propose une programmation pluridisciplinaire dédiée aux musiques et cultures électroniques. Entre festival et salon professionnel, ce grand rendez-vous tient sa sixième édition du 26 au 28 septembre entre rencontres, invitations à la découverte et dancefloors pointus.

À la Gaîté Lyrique, plus de 100 intervenants et 40 rencontres

Arrière aux bien-pensants affirmant avec fermeté que la musique électronique n’est qu’une sous-culture de dépravation entâchée par le vice ! Ici, on parle d’un véritable courant culturel, en invitant certains de ses acteurs à venir s’exprimer en public. C’est le cas notamment de ces festivals récemment menacés par la fameuse (et impopulaire ?) circulaire Colomb, les contraignant à passer à la caisse afin d’indemniser la présence des forces de l’ordre sur le lieu de l’évènement. Certains d’entre eux étant dans de sérieuses difficultés financières, voire contraints d’annuler le festival et ce malgré des mois de préparation et d’investissement, ils prendront la parole durant la Paris Electronic Week et tireront certainement la sonnette d’alarme. En parallèle, Shotgun et Technopol succèderont à la SACEM qui était présente en 2016, en dressant un état des lieux du marché des musiques électroniques en France. Quelles sont les tendances en matière de programmation ? Comment consommons-nous la musique électronique ? Les fréquentations sont-elles au beau fixe ? Tant de questions qui trouveront assurément une réponse lors de ce talk !

Concrete : jeudi 27 septembre (00h-06h)

Le parquet du Woodfloor de Concrete accueille Skeptik aka Pero FullHouse, figure de proue de la scène électronique croate. Ses acolytes du même pays viendront prendre leur revanche sur la Coupe du Monde en mettant au tapis les ponceurs de parquet les plus vigoureux : Sergej Snooze, Haris et Jean-Marie K.

L’Aérosol : jeudi 27 septembre (17h-01h), vendredi 28 septembre (20h-06h)

Installations numériques et rencontres inédites entre DJs, producteurs et performers visuels et vidéos : tel est le programme annoncé pour l’évènement Signal Space qui investira L’Aérosol pendant deux jours. Cette co-production menée par les collectifs Femur, Subtyl et Bottom saisit l’opportunité d’initier le public à des expériences pluri et transdisciplinaires dont la thématique n’est autre que la surinformation et la saturation au sein de la scène rave.

Centre Pompidou : vendredi 28 septembre (19h30)

Si vous n’êtes pas à L’Aérosol, rien n’est perdu ! Dans le cadre de l’évènment Soirée Electro Japonismes 2018, le Centre Pompidou accueille une création originale intitulée Bio-scillations, réunissant non sans surprise l’ancien résident de Concrete et maître des machines Ben Vedren et Aki-Ra Sunrise, musicien japonais tantôt joueur de percussions tantôt inventeur d’instruments acoustiques.

Maison de la culture du Japon : vendredi 28 septembre (23h-06h)

De 1999 à 2013, les aficionados de techno se réunissaient et formaient Wire au Yokohama Arena, une rave gigantesque faisant trembler le Japon. A l’origine de ce mouvement, Takkyû Ishino, membre du célèbre groupe Denki Groove, qui nous honorera de sa présence à la Paris Electronic Week en investissant la Maison de la culture du Japon le temps d’une nuit. Sans oublier la techno de A.Mochi, fer de lance du label Figure et deux résidents du collectif Take Hit : Mon.To et Mirka qui se livreront à l’exercice du b2b.

Mercredi 26 septembre : Paris Electronic Week x Woodfloor

Jeudi 27 septembre : Signal Space 2018 : Femur x Subtyl x Bottom / JOUR 1

Vendredi 28 septembre : Signal Space 2018 : Femur x Subtyl x Bottom / JOUR 2

Vendredi 28 septembre : Tokyo Hit présente Takkyû Ishino