Photo à la une © Eliott Bossé

Ouai Stéphane sort aujourd’hui une nouvelle compilation toujours aussi barrée, Now That’s What I Call Intros. L’idée : rassembler uniquement des outros (fins de morceaux) composées par Jacques, Canblaster ou encore Di Cristo.

« Quand on parle de musique en musique, on peut parler de trucs comme la structure d’un morceau. Si on continue de parler de structure, on va surement parler d’intros parce que c’est le début de l’une musique. Les outros (inverse d’intro/fin de morceau) tout le monde s’en fout un peu. », explique le producteur français Ouai Stéphane pour développer l’idée de son nouveau projet de compilation. « Moi non, j’adore ça même, comme plusieurs de mes potes d’ailleurs. C’est pour ça qu’on a fait une compilation avec ce qu’on pense être les meilleurs outros. »

Le contexte est posé. Sa nouvelle compil’, intitulée Now That’s What I Call Intros, s’est construite avec le fil rouge de ne rassembler que des fins de morceaux. Ce moment où le thème musical s’achève, où la plupart des producteurs rallongent une loop de fin et où s’instaure généralement la fatidique transition avec le prochain son. Mais comme d’habitude, le producteur français ne fait pas comme tout le monde et la prolonge pendant 15 tracks.

Aux manettes, on y retrouve bien sûr Ouai Stéphane, des producteurs de musiques électroniques comme Jacques, Canblaster, le duo Pas Sages mais aussi Di Cristo (rédacteur en chef web du magazine musical Tsugi), une version hip-hop de Winston Surfshirt, les dernières notes d’un track gabber de Vincent Castant. Les morceaux durent de 3 secondes à… 23 secondes. 

La compilation sort ce mardi 17 novembre, et disponible sur Bandcamp.