Photo à la une © Rhythm and Vines

En Nouvelle-Zélande, la vie a repris son cours. Avec moins de 100 cas actifs dans le pays, des festivals comme Rhythm and Vines, Northern Bass et Rhythm & Alps ont pu accueillir jusqu’à 20 000 personnes lors de plusieurs événements depuis le nouvel an. 

Alors que la majorité des pays dans le monde continuent de faire face à la crise sanitaire de la COVID-19, certains ilots comme la Nouvelle-Zélande, qui compte moins de 100 cas actifs, ont déjà repris goût à un total retour à la normale. Pour eux, assister à un concert ou à un festival est redevenu chose commune et de nombreux événements ont déjà eu lieu depuis la veille du Nouvel An, rassemblant des dizaines de milliers de personnes sans aucune distanciation sociale ou gestes barrières. 

Le plus grand festival électronique et EDM du pays, le Rhythm and Vines, produit par le géant Live Nation dans le Nord-Est de l’Île du Nord, a notamment accueilli 20 000 personnes sur le site de Gisborne du 27 au 31 décembre. 

Ailleurs dans le pays, le festival Rhythm & Alps a lui rassemblé près de 10 000 personnes pour fêter son dixième anniversaire à Wanaka, une ville de l’Otago dans la région de l’île du Sud, là encore pour trois jours de fête du 29 au 31 décembre sans aucune réglementation en vigueur. Pas de masque, pas de distanciation sociale… Le monde « d’avant ». Le Northern Bass a de son côté rassemblé quelques 8000 personnes du 28 au 31 décembre, là encore à guichets fermés. Les programmations des trois festivals se sont essentiellement concentrées sur les artistes locaux. 

Un avant-goût de ce qui, on l’espère, pourra nous arriver au plus vite.