Photo à la une © Alisha Batth

Quand l’orchestre « classique » rencontre les musiques électroniques. Dirigé par Uèle Lamore, les 18 musiciens de l’Orchestre Orage joueront en live ce samedi avec Mad Rey et Hugo LX au Pan Piper. Un événement unique.

L’Orchestre Orage est le premier orchestre de musiques actuelles en France. Dirigé par Uèle Lamore, cet ensemble hybride brise les frontières entre les genres et styles musicaux, pour plaire autant à la génération présente qu’à celles d’habitude plus portées à en apprécier la virtuosité « classique ». Et si de nombreux producteurs émérites, dont Jeff Mills ou plus récemment Rone avec La Maîtrise de Radio France, commencent à croiser les musiques électroniques avec des chœurs ou formations orchestrales, d’autres producteurs « émergents » ont maintenant la chance de s’y essayer : Mad Rey et Hugo LX, par exemple, le 1er décembre, se produiront en live au Pan Piper avec l’Orchestre Orage.

Quand les musiques électroniques font revivre le classique

On vous voit venir. Si les orchestres ont parfois cette image « pompeuse » que beaucoup dénigreront rien qu’en lisant le titre, l’Orchestre Orage, lui, est définitivement dans son temps. On lit sur sa page Facebook « Il reste encore des places bb chou » ou « Askip y’a bientôt notre « soirée musique mélangée« , signes avant-coureurs qu’un orchestre n’est pas classique par définition. À la tête des 18 musiciens de l’orchestre, la jeune cheffe Uèle Lamore sonne : « Un orchestre à la base, c’est juste un groupe d’instruments. Orchestre Orage est un orchestre complètement dédié aux musiques actuelles: electro, jazz, rock, new wave… Pour nous, c’est hyper naturel, car on a jamais rien fait d’autre. » Au-delà de tester les limites, poreuses, des divers styles musicaux qui y sont joués, Orage explore de nouveaux terrains et tenter de nouvelles associations sonores en adaptant les forces orchestrales aux styles actuels.

Il faut dire que son parcours est loin d’être classique, lui aussi. Uèle Lamore grandit à Paris où elle démarre par la case violon à 5 ans, avant de se pencher sur la guitare classique puis électrique. Sans aucune formation de conservatoire, c’est en autodidacte qu’elle apprend avec d’autres musiciens, en regardant des vidéos sur Youtube et en prenant des cours privés à droite et à gauche. Après le bac, elle part étudier dans une école de musique jazz et contemporaine à Los Angeles puis s’installe à Boston, où elle obtient son dernier diplôme en composition et direction orchestrale. Dernière étape, la Hollande, pour suivre un apprentissage avec le Metropole Orkest, l’orchestre-référence dans le milieu des ensemble de musiques actuelles, pour finalement revenir à Paris et fonder l’Orchestre Orage.

Ses inspirations sont nombreuses : Son Lux, The Last Shadow Puppets, toute la bande Brainfeeder (Dorian Concept, Flying Lotus, Kamasi Washington…) et deux albums/compilations faites par le Wu Tang constituent les références phares de ses ambitions.

Bannir l’exclusivité à la techno : l’Orchestre Orage brosse tous les styles, electro, jazz, rock, new wave, soul…

Attention aux amalgames : « On pense souvent que Orage est un « orchestre de techno », mais ça n’est pas vrai du tout ! On a d’ailleurs joué avec peu d’artistes purement techno ou electro, nos deux premières saison était vraiment electro rock avec Agar Agar ou Grand Blanc, et même neo-jazz/soul avec Kodäma« , précise Uèle. La cheffe d’orchestre pointe l’avantage qu’à Paris, tout l’univers des musiques actuelles s’imprègne ces dernières années des musiques électroniques, gage d’une sensibilité nouvelle qui permet à d’autres générations de venir apprécier ces événements uniques.

Aujourd’hui, l’Orchestre Orage travaille étroitement avec FGO-Barbara, l’établissement culturel de la Ville de Paris ancré dans le quartier de la Goutte d’Or, dans le 18ème arrondissement, qui permet l’accès à la culture et à la diversité musicale pour ces musiques actuelles. Une aubaine qu’elle reconnaît, en travaillant maintenant étroitement avec les institutions parisiennes : « Au début, c’était un peu compliqué. En France, le milieu des institutions peut paraître un peu brumeux dans le sens où il y a tellement d’interlocuteurs différents qu’on peut vite se sentir perdus.« , précise t-elle.

Heureusement, le FGO Barbara où ils sont aujourd’hui résidents annuels a été le premier acteur majeur à les soutenir, les aident à monter les dossiers et trouver les bonnes personnes pour se fier au projet, jusqu’à être directement soutenus par la Ville de Paris. La formation a depuis notamment accompagné des artistes comme Agar Agar, Renart ou Gëinst, à briser les codes et mettre en lumière des projets émergents, aussi bien que la crème des artistes indépendants, « underground » ou reconnus. Samedi, ce sont Mad Rey et Hugo LX, deux producteurs qui ont sans nul doute marqué la nouvelle génération house à Paris, qui s’essayeront à l’exercice. Un événement unique à vivre au moins une fois dans sa vie, pour sortir des caissons et ne plus négliger la virtuosité orchestrale.

Retrouvez toutes les infos sur l’événement Facebook et reportez-vous sur la billetterie en ligne pour prendre vos tickets.

Un grand merci à Uèle et Stanislas.