Le samedi 13 octobre prochain, la première édition du Nomos festival entend allier lives, DJ sets, concerts de musique acoustique et engagement humanitaire. C’est au sein de l’EP7, la nouvelle guinguette numérique nichée au pied de la Bibliothèque François-Mitterand que des conférences, ateliers et tables rondes viseront à faire le point sur la situation d’urgence au Rwanda. Avec Enactus CELSA, l’association partenaire de l’événement, l’idée est de lever des fonds pour y construire des lignes de bus afin de favoriser la scolarité des enfants les plus isolés. S’enchaîneront ensuite de 19h à 2h des lives, DJ sets et concerts de musique acoustique en entrée libre.

Le projet naît en 2017 sous l’impulsion du Nomos Festival et d’ENACTUS Celsa, l’association de la grande école de communication et de journalisme du même nom. Ensemble, ils créent « Bisibus« , qui œuvre pour aider les enfants du Rwanda à accéder (et terminer) leur scolarité, à l’heure où les milieux ruraux du pays se retrouvent isolés et peinent à s’intégrer dans le dynamisme économique de leur pays. Grâce au Nomos Festival, les fonds permettraient de pallier à ce fort taux de décrochage scolaire via la mise en place d’un système de ramassage scolaire sécurisé et la formation de chauffeur de bus, entre autres. Un festival citoyen tourné vers le développement durable, implanté dans l’EP7, nouvelle guinguette électronique dans le 13ème arrondissement.

À lire : L’EP7 va ravir les amoureux de musiques électroniques et de numérique à Paris

Pour séduire et sensibiliser le plus grand nombre, l’événement entend mêler scène électronique et acoustique à des échanges ouverts à tous. Samedi 13 octobre, l’événement commencera ainsi par un ensemble de conférences, ateliers et tables rondes en libre entrée, avant de laisser place à partir du début de soirée (18-19h) à des DJ sets, live et concerts gratuits. Comptez le collectif house Make It Deep, et d’autres artistes annoncés bientôt.

Retrouvez toutes les infos sur l’événement Facebook – et plus de renseignements sur le projet via les pages du Nomos Festival et d’Enactus CELSA.