La Dance Music est-elle militante ? Derrière cette question aux airs de problématique de mémoire pour étudiants dans la culture, se cache un débat vieux comme le monde mais on ne peut plus d’actualité. À l’heure où 120 battements par minute squatte le box-office, on ne peut que souligner la place donnée aux musiques électroniques dans ce film dédié aux militants d’Act-up dans leur lutte contre le sida. Ce n’est pas un hasard si celui-ci est entrecoupé de scènes de fêtes où les gens s’évadent sur du Larry Heard. Pour autant, y voir un parallèle direct avec le militantisme n’en reste pas moins très subjectif.

De leur côté, les membres d’UPSET ont opté pour une approche qui ne laisse pas l’ombre d’un doute et organisent ce samedi 30 septembre en Basse-Normandie, Alphapodis, le premier festival de musiques électroniques en soutien à la lutte contre le cancer du sein.

Solidarité et musiques électroniques sur la même piste de danse

« UPSET« , pour Union Paramédicale aux Sonorités Electro et Techno, est une jeune association de mélomanes issus des secteurs paramédicaux. Pour ce premier événement d’envergure, ses membres ont souhaité mêler l’utile à l’agréable et montrer qu’il est possible d’unir sur une même piste de danse solidarité et tapage de pieds.

L’idée fait son chemin en partant d’un constat simple mais inquiétant : le cancer du sein touche les femmes de plus en plus jeunes. En France, environ 12 000 femmes décèdent d’un cancer du sein chaque année. Plus celui-ci est détecté tôt, plus il y a de chance de guérison. D’où la nécessité d’œuvrer à une prise de conscience collective sur le sujet et de sensibiliser jeunes et moins jeunes aux différentes techniques de dépistage existantes.

Téméraire et motivée, l’équipe a pris les devants et s’est rapprochée de plusieurs associations qui oeuvrent à la lutte contre le cancer du sein. Une initiative accueillie à bras ouverts par la Ligue Contre le Cancer de l’Orne, Le cancer du sein, Parlons-en ! et les élus locaux, une fois les quelques craintes entourant les musiques électroniques déconstruites par le dialogue. Un dialogue qui fût central dans l’organisation du festival, les associations n’étant pas simples observatrices mais partenaires à part entière de l’événement, n’hésitant pas à soutenir financièrement ou matériellement le projet.

C’est donc 80% des bénéfices qui seront récoltés grâce au festival, puis partagés par les deux organismes. Un chiffre, précisons-le, supérieur à la moyenne des événements caritatifs dédiés à la levée de fond. La date d’Alphapodis, elle, est toute aussi symbolique : elle marque le commencement du mois d’Octobre Rose, une opération de communication mondiale créée au début des années 1990 et rassemblant associations, professionnels de santé et organismes sanitaires autour de la lutte contre le cancer du sein.

Programmation éclectique et 100% française dans un lieu insolite chargé d’histoire

Côté site, UPSET a souhaité marquer les esprits et pimenter l’événement d’une touche de patrimoine, investissant pour l’occasion les murs chargés d’histoire de La Chaslerie, un ensemble manorial du XVIème siècle, lui-même bâti sur d’anciens vestiges et aujourd’hui classé monument historique.

La programmation ne sera pas en reste. L’association mise sur l’éclectisme et le 100% français (de quoi faire plaisir à Arnaud Montebourg). L’idée étant de proposer des ambiances musicales adaptées à la vibe et aux différents publics attendus sur le site tout au long de la journée. Plus « abordables » pour les néophytes et les familles durant l’après-midi, les sonorités se corseront au fur et à mesure de la nuit pour satisfaire l’appétit des raveurs plus aguerris.

À y retrouver une vingtaine d’artistes parmi lesquels Anetha, figure centrale de la scène Techno underground parisienne, Piu-Piu, tout aussi réputée pour ses sets éclectiques sur Rinse France et la pétillante Marina Trench, ambassadrice d’une House Soulful irrésistible sur la piste de danse. Côté messieurs, l’honneur est aux meilleurs « produits du terroir » avec FEM, le bordelais Jusaï, Clément Landraux, Miku, Antoine Chambe, Alan D, M. TouNu et Pacom. Une dizaine de collectifs du Grand Ouest et d’ailleurs (D33pSoul, Racine Corp., Label Barbe, les Tontons Bringueurs…), reconnus pour leur implication locale et leur sensibilité musicale, se relayeront également sur la scène plus intimiste du Pournouët pendant toute la durée du festival.

Au sein d’Alphapodis, l’engagement militant et l’implication au sein du projet est l’affaire de tous, à commencer par les artistes programmés. Tous se sont révélés enthousiastes à l’idée de participer à cette initiative. Tous, « petits noms » comme têtes d’affiche, ont fait les efforts financiers nécessaires pour apporter leur pierre à l’édifice et permettre le bon déroulement de cette première édition.

Des activités engagées pour sensibiliser le public à sa cause

Le Jour J, au-delà de la dimension musicale du festival, de nombreuses animations sont prévues pour sensibiliser le public à sa cause. L’association Solid’hair vous propose une petite coupe de sorte que vos cheveux puissent, par l’intermédiaire d’une revente à des perruquiers, subventionner l’achat de perruques par les personnes atteintes de cancer et en difficulté financière. Nanafrica, quant à elle, organise des collectes et distribue gratuitement de la lingerie spécialisée, d’ordinaire coûteuse, pour les femmes ayant subis une opération suite à un cancer du sein. Une exposition photo sera également présentée au travers de portraits de femmes ayant traversé de près ou de loin la maladie, aux côtés de stands de maquillage et de divers jeux en libre-service pour occuper son après-midi.

Alphapodis est une initiative audacieuse qui se différencie de ses homologues par son altruisme et la singularité de sa démarche. Le festival est porté par une équipe enthousiaste et motivée malgré un modèle économique à risque. UPSET a le mérite d’avoir mis au monde un projet caritatif en phase avec son époque, où chaque festivalier a la possibilité de solidariser son amour de la musique et de la fête avec une cause humaniste qui le dépasse.

En plus de vous fournir la meilleure excuse possible pour vous rendre à une teuf, Alphapodis désenclave l’événementiel caritatif et ouvre la porte à de nouvelles façon de lever des fonds et de sensibiliser le public. Plus besoin d’être un grand sportif ou de distribuer des M&Ms dans la rue le weekend pour soutenir une cause médicale, il est désormais possible de faire un geste tout en écoutant de la techno à 125BPM entre potes, qui plus est lorsque la lutte soutenue nous concerne potentiellement toutes et tous.

Article rédigé par Lény.

Festival Alphapodis : Site / Facebook / Évènement