Il est l’un des producteurs et DJ français à suivre de très près. En plus de ces deux casquettes, Kaffe Crème est multi-instrumentiste, de l’électronique au symphonique, et co-fondateur du label Moonrise Hill Material. Via ses DJ sets et ses lives oscillant entre jazz et house, cet éternel passionné de musique est aussi un poète du quotidien : rencontre et mix exclusif avec le lyonnais.

Deux platines vinyles, deux CDs, un petit zoom en sortie : voici l’attirail du mix exclusif que nous enregistre Kaffe Crème chez son petit frère. Brut et naturel : « Parce que c’était l’occasion, je ne suis pas toujours dans mon studio en ce moment. Donc plutôt bonne vibes sans prétention dans les outils utilisés. » Dans cette heure de mix, beaucoup de Broken Beat, un peu de House, du Latin, de la musique brésilienne, du tango à 5 temps, du marimba, du synthé, des cuicas… Un éclectisme caractéristique de sa formation, curieuse et développée : « C’est un peu mes écoutes du moment, mélangées à des titres d’artistes que j’admire. »

On lui en demande le cheminement. « Globalement, je vois ce mix comme un training pour taffer ton pas de danse. » La mise en situation est assurée par No de Duval Timothy, puis viens l’échauffement avec beaucoup de rythmes cassés mais toujours avec un certain groove : ni trop lent, ni trop rapide, « histoire de voir où est ce que tu choppes tes temps sur Kerem Akdag – « Steppin’ Out« . Il nous sort même une petite exclusivité avec le Gin Tonic Orchestra et le Swell Session.

Ça brûle ? Tant mieux, viens Theo Parrish qui enclenche la seconde à 16 minutes de mix : « Let me see your footwork baby!« . Rainer Trüby et Latina Café font ensuite travailler les appuis au sol. La deuxième partie du mix invite à quelque chose de plus vivant et plus aérien, mais avec quelques rappels à la cuica, notamment sur Skindo Le Le, repris par Bossa Eletrica et remixé par S.U.M.O. Le set se clôt avec un hommage à Minino Garay que Kaffe Crème revoit récemment en concert avec une autre formation, et qui l’introduit très jeune au jazz lors de l’un de ses concerts. « Le titre « Thema De Maela » composé par Lalo Zanelli fait notamment partie d’un album que je vous conseille vivement d’écouter (Minino Garay Y Los Tambores Del Sur). » On écoute l’expert.

L’endroit pour l’écouter ? « Ton salon, ta salle de danse, ton casque, dans la rue, mais n’hésite surtout pas à le partager avec quelqu’un, c’est beaucoup plus marrant à plusieurs. En tout cas, j’ai pas mal de potes danseurs et profs et j’ai hâte de l’entendre dans leur salle de classe !

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Y’en a pas mal, Dego, Kaidi Tatham, Herbie Hancock, Gilles Peterson, Jacob Collier… Je leur ferai ma petite spécialité, le roulé courgette.

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Le Théatre Antique de Vienne, pendant le Jazz à Vienne, avec les musiciens ci- dessus, un orchestre en plus, et moi qui joue des claves derrière, ou du triangle !
theatre-antique-vienne-kaffe-creme-inside-out-mix-dure-vieQu’aurais-tu fait si tu n’avais pas fait de la musique ?
Même si c’est la seule chose que je sais faire, soit de l’électronique pour créer des instruments analo, ou alors de l’enseignement, ce que je fais déjà.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

– Elis Regina & Tom Jobim – « Aguas De Março« 
– The Everything Treatment – « Sola & The Theme From » (Mon premier disque acheté, notamment avec le remix de Square One, un bijou que je joue tout le temps)

– Lars Bartkuhn – « Elysium EP » sur Neroli ou n’importe quel 2000Black.

Ton pire « Random memories » de soirée ?

Une soirée avec les Moonrise Hill, j’étais tellement épuisé de ma semaine ou de ma journée, je ne sais plus. On jouait all night long dans une péniche sur Lyon. Vers les 1h du mat, je suis allé me poser 10 minutes dans la cale, histoire d’être en forme. Quand je me suis réveillé, je suis remonté et il n’y avait plus personne dans le club, j’ai cru à l’apocalypse ! En fait, il était 5h, j’ai dormi tout le long du set.

Si tu étais une femme, qui aimerais-tu être ?

Ce serait sûrement un mix entre Daria et Hermione Granger, marginale, sarcastique, née moldue, et madame « je sais tout », ça ferait un mix intéressant.

Ton instrument de prédilection ?

Les percussions, plus précisément les claviers à percussions : vibraphone, marimba… Même si en ce moment j’ai bien envie de dire le Rhodes.

Si tu devais sampler une BO de film ?

N’importe quelle BO de François de Roubaix.

Quelle question aurais-tu aimé que l’on te pose en interview ?

Quelle réponse aimerais-tu donner à une question que l’on ne t’a pas posé ? Histoire que j’ouvre ma gueule pour rien dire !

Tes futurs projets ?

Je travaille pas mal sur plusieurs sorties, mais toujours avec des projets différents. En ce moment même, je suis en studio avec mon frère et un ami, on crée un live totalement instrumentale en mélangeant nos différentes influences. Je compose aussi pas mal pour travailler en studio avec mes amis du Gin Tonic Orchestra, sûrement quelques sorties à venir… Et j’ai toujours quinze mille projets en tête que je rêve de concrétiser, notamment me remettre à composer pour orchestre, mais ce sera surement pour plus tard !