Photo à la une © Medi Musso

Depuis quelques mois, le nouveau disquaire Mindtrip s’est installé à Marseille, avec des milliers de références de musiques électroniques. Plus qu’un disquaire, son fondateur Olivier a voulu en faire un espace privilégié pour la scène locale. 

Après 30 ans de vie à Paris, Olivier de Nicola, natif de la cité Phocéenne, s’est lancé dans l’aventure de monter son propre disquaire Mindtrip au 9 rue Fontange dans le 6ème à Marseille. 

« J’ai commencé à acheter mes premiers disques à 15 ans », raconte-t-il. Passionné par l’objet du disque et par les musiques électroniques, c’est à Paris que sa culture musicale s’est développée avec notamment son (feu) label et collectif Follow The White Rabbit (FTWR recordings). Grego G, Daniel Bell, Fred P, Steve O’Sullivan, K-Hand… Pendant 10 ans et notamment à travers des résidences dans les clubs Badaboum et Nouveau Casino, de nombreux artistes internationaux et locaux participent à leurs événements à dominante house et techno, ou à travers la sortie de leurs disques. 

Il y a 3 ans, Olivier déménage à Marseille après une précédente aventure entrepreneuriale dans le digital. Porté par l’envie de créer de nouveau, l’idée du disquaire commence à germer. « À l’époque, il y avait un marché plutôt bouché à Paris. A mon sens, le marché est saturé à Paris pour se lancer alors qu’à Marseille les conditions sont plus favorables et nettement plus excitantes C’était difficile d’y faire son trou », explique-t-il.  En 2020, le début de la crise sanitaire complique un peu plus les choses, et Olivier part un mois en Ardèche pour réfléchir. Le projet se monte en trois semaines. 10 mois plus tard, il retourne à Marseille et les débuts de Mindtrip Records se mettent en place. 

© Mindtrip

Des milliers de références

« Mindtrip Records, c’est littéralement le voyage de l’esprit. Ça représente parfaitement ce que sont les musiques électroniques pour moi », explique-t-il. Avec 25 ans de passion au compteur, Olivier monte le shop seul et propose dès l’ouverture près de 8000 disques de seconde-main avec un éventail de styles de musiques électroniques extra-large, de l’ambient au hardcore. « J’ai une préférence pour les années 90, mais j’essaye d’avoir le spectre le plus large possible en termes de styles et de périodes », poursuit-il. Depuis un mois, s’y sont aussi ajouté des références neuves, pour porter une scène aux influences techno, ravy, électro et UK qui le séduit. 

Plus qu’un disquaire, Mindtrip a fait le pari de s’implanter dans une ville avec une scène électronique en plein essor. « Les gens viennent de plus en plus sur Marseille, et ont une connaissance très pointue de ce courant musical avec une culture underground de la fête et des free parties », observe Olivier, qui travaille régulièrement avec les collectifs UP (Underground Phocéen), Planète 51 ou La Graine et les producteurs et DJs qui l’entourent (Prince de Takicardie, Man Ipulate,…) toujours avec la volonté de regrouper leurs différentes énergies et de participer à une vraie recherche de la fête.

Mindtrip fait aussi l’objet d’une émission mensuelle de deux heures sur Radio Grenouille, une radio locale et associative diffusée sur internet. Pour la suite, Olivier se donne pour mission de développer le shop, et de proposer une exposition aux artistes locaux et jeunes talents productifs. Longue vie ! 

Vous pouvez suivre l’actualité de Mindtrip sur Facebook et Instagram