©Faeli Faute Grave

Par un froid mercredi du mois de novembre, n’ayant pas forcément prévu de faire quelque chose le soir – semaine oblige – mais étant tout de même animée d’une certaine motivation, j’ai fait le tour des quelques soirées proposées dans la capitale. Mon choix s’est arrêté sur celle annoncée au Divan du Monde : Matière Brute #3, Electronic Live Sessions.

Avec un line-up alléchant et me trouvant actuellement en léger conflit avec mon compte bancaire, le prix attractif de 8e sur place ou 6e en prévente n’a fait que valider mon envie d’aller taper du pied ce soir-là.

Le format de l’événement annoncé est celui d’un concert de 19h30 à minuit. Un concept intéressant pour quiconque souhaite garder une certaine crédibilité le lendemain au boulot. Des performances de producteurs en live, de la techno expérimentale, mais surtout une installation scénographique spectaculaire munie de cubes lumineux. Ma curiosité est à son maximum, hâte d’arriver sur le lieu.

Je débarque sur place aux alentours de 21h30, il me reste peu de temps pour apprécier le moment, mais peu importe, les plus courtes sont (parfois) les meilleures ! Je pousse la porte du club et  sens tout de suite les basses prendre possession de mon corps. Je sais dès à présent que ce qui m’attend est encore mieux que ce que j’avais imaginé.

Encore une porte et me voici à l’intérieur. Le son démarre avec Nathan Melja (Mister Saturday Night Records/SEML) qui se produisait pour la toute première fois en live, je découvre un artiste qui sait de quoi il parle. Il m’a rapidement emportée avec ses sonorités planantes mais aussi agréablement étonnée par ses beats déstructurés et totalement maîtrisés.

S’en suit l’aménagement de la salle de concert du Divan, complètement métamorphosée. La scène, habituellement utilisée à son juste emploi, est cette fois-ci dans la pénombre. Au milieu de la salle, surgit le dj booth. Il s’agit là d’une des installations scénographiques annoncées, composée d’un cube central lumineux orné de petits carrés façon piste de disco. L’idée est ingénieuse, pas nouvelle certes mais cela crée néanmoins une réelle proximité avec l’artiste, la foule forme un cercle autour de lui, une intimité s’installe et les jeux de lumière font leur effet.

Cela ne s’arrête pas là, juste au dessus du cube lumineux se trouve deux toiles d’écrans de projection qui diffusent des images ou encore des effets de matière, on se laisse très vite happer et envoûter. L’expérience est vraiment riche pour tout amateur d’art expérimental et/ou de bonne techno.

Après avoir dégusté un en-cas plus qu’agréable, nous voici arrivés au plat de résistance, le live de Voiski démarre, lentement puis très vite le rythme est lancé, certains sont complètement déchaînés, j’en profite aussi pour absorber toute l’énergie positive du moment, le partage est total.

Toute cette expérience n’aurait été possible sans l’association de Philippe Marsaud (Directeur artistique de l’agence Grand Secret) ainsi que le collectif SEML. J’ai pu rencontrer Mathieu Ribault, un des organisateurs de la soirée, nous avons discuté ensemble du potentiel de ce projet, par la suite je me suis permise deux petites questions auxquelles il a été très sympa de me répondre :

Dure Vie  • Qui est à l’origine du projet ?

Mathieu Ribault • Le projet naît d’un certain désir commun, de vouloir aboutir à quelque chose de différent, et de proposer en cela un format qui le permette. Le concert est venu tout naturellement. Philippe Marsaud, directeur artistique de l’agence événementiel GrandSecret, et les membres du collectif SEML, sont les fondateurs du projet. Il s’agit « d’appréhender et apprécier la musique électronique autrement que par le binôme club-after ». Le nom Matière Brute est venu du côté de Philippe qui avait pour idée d’affirmer le projet, c’est-à-dire, voir naître la composition d’un artiste de musique électronique sur scène mais dans son ensemble, et de pouvoir l’offrir aux spectateurs de manière visuelle et intimiste. C’est également l’occasion de pouvoir mettre en avant de jeunes producteurs, affiliés au Label SEML, lors des premières parties de concert.

L’écoute de la musique électronique se résume bien souvent aujourd’hui à une sélection de vinyles passés les uns à la suite des autres, sans pour autant en voir le travail en amont de l’artiste que nous écoutons. C’est aussi cette idée que nous défendons. Pourquoi un artiste n’aurait-il pas le droit d’avoir un format concert pour son œuvre ? Pourquoi devrait-il se cantonner à un format club où la proximité est difficile d’accès et où finalement seul le résultat compte et non l’ensemble, composition + performance = son ?

Dure Vie  • Ceci était le concert Matière Brute #3, peut-on espérer en voir naître un #4 ?

Mathieu Ribault • Au vu des premiers concerts (3 en 3 mois) nous en sortons plutôt grandi. Nous avons pris le temps de voir comment pouvait évoluer le projet (le mercredi ou le jeudi, le prix des entrées, le travail scénographique…), et ainsi voir son intérêt croître auprès du publique. Ce n’est pas évident, c’est un créneau particulier, nous en sommes conscient. Mais nous espérons que les médias se penchent dessus progressivement. Savoir faire les choses doucement mais en gardant de la qualité, c’est là notre intérêt. Affaire à suivre donc pour 2015…c’est en cours de réflexion, et la programmation devrait tomber, en espérant susciter toujours un peu plus d’intérêt!

Je remercie Mathieu pour le temps qu’il m’a accordé, Clément Mercier-Sanders pour la scéno juste dingue ainsi que Faeli Faute Grave qui s’est chargé de prendre de très beaux clichés de la soirée.

Pour finir, au risque de me répéter, Matière Brute est un projet qui mérite réellement le détour et, comme tout nouveau projet, du soutien ! J’espère avoir attiré votre attention, à juste titre soyez rassuré, c’est la Dure Vie qui le dit !

by MORGANE RENAUD

Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Faeli Faute Grave 2

©Faeli Faute Grave

Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Brieuc Weulersse2

© Brieuc Weulersse

Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Brieuc Weulersse1

© Brieuc Weulersse Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Brieuc Weulersse4

© Brieuc Weulersse Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Brieuc Weulersse3

© Brieuc Weulersse  Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Brieuc Weulersse5

© Brieuc Weulersse Matiere Brute 3 Maroquinerie 26 novembre 2014 Voiski Melja Dure Vie Brieuc Weulersse6

© Brieuc Weulersse

Matière Brute

Brieuc Weulersse Photographe

Faeli Faute Grave Photographe