Photo à la une © Le Dôme de Marseille / D.R.

Après les initiatives de Barcelone ou encore en Allemagne, la France va accueillir ses deux premiers concerts-test de 1000 personnes en février, au Dôme de Marseille. 

La semaine dernière, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot indiquait étudier « avec soin » les expériences de pays comme l’Allemagne ou l’Espagne qui avaient organisé des concerts-test afin de déterminer les risques de propagation du virus dans les salles de concert, fermées depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier. Celui de Barcelone, organisé le 12 décembre, avait rassemblé 500 personnes et aucun cas positif n’avait alors été détecté huit jours après l’expérience. À Dortmund, l’étude avait prouvé que la bonne ventilation dans un lieu clos ou une salle de concert présentait un très faible risque d’infection.

Bientôt à Marseille

Depuis, beaucoup attendaient que de pareilles initiatives voient le jour en France. Plusieurs projets de concert-tests sont actuellement en discussion, dont un « groupe de travail concert-test » piloté au sein du Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle dans le privé) par Jean-Paul Roland, le directeur du festival des Eurockéennes, Marie Sabot (du festival We Love Green) et Armel Campana (du festival Main Square), rapporte France24.

« Pour rouvrir au public, il faut passer par ce genre d’expérimentation, pour déboucher sur une saison festivalière et, d’autre part, établir un calendrier pour les tournées, qui en fonction de leur taille demandent de 3 à 24 moins de préparation« , soulignait ainsi Malika Seguineau, la dirigeante du Prodiss.

Prévus courant mars, ces études seront pourtant précédées de deux autres concert-tests en février, à Marseille, dans la salle du Dôme. Le projet a été imaginé par Béatrice Desgranges (du festival Marsatac), et sera suivi par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et par le Conseil scientifique du Pr Delfraissy. Les résultats de ces concerts seront ensuite communiqués le 8 avril prochain. 

Le protocole exact de l’expérience, la programmation et les dates ne sont pour l’heure pas encore connus, mais Vincent Estornel, médecin spécialiste dans la médicalisation des grands évènements, précise qu’“il s’agit d’une étude scientifique” pour “se rapprocher au maximum des conditions d’un concert normal”. Les concerts accueilleront chacun 1000 participants, et devront être validés en amont par le Conseil Scientifique.