Photo à la une © D.R.

Du 14 au 17 mai prochain, le Made Festival revient au Parc Expo de Rennes pour sa 5ème édition. Un festival jeune pour la région bretonne mais qui fidélise pourtant près de 6000 personnes, et les premiers noms annoncent une édition 2020 détonnante. 

Il y a encore quelques années, les festivals bretons labellisés »techno/house » capables de rameuter quelques milliers de personnes se comptaient sur les doigts d’une demie main. D’un côté, Brest et son iconique Astropolis, de l’autre, le tumultueux Festival Panoramas de Morlaix.

Évidemment, on n’oublie pas non plus les Trans Musicales, dont le registre est sensiblement différent. Où les musiques électroniques y sont omniprésentes, mais bien plus influencées par le reste des musiques actuelles que les deux festivals cités plus haut.

Le point commun entre ce dernier et le Made Festival : la ville de Rennes. La scène house et techno y a connu une forte ébullition dans les années 2010, grâce notamment à un tissu associatif extrêmement riche et passionné. Il lui manquait peut-être encore un événement dédié d’envergure pour étancher la soif de musique et de fête des habitants de Rennes et ses environs. Une opportunité que le collectif Dancing Robots, à l’origine du Made Festival, n’a pas laissé passer. 

Avoir comme objectif de remplir un parc des expositions quand on organise son premier festival, c’est risqué car ambitieux. Mais les organisateurs se sont donné les moyens en invitant des artistes de renommée internationale tels Len Faki, DVS1, Move D… tout en collaborant avec les associations locales pour investir clubs, salles et lieux publics rennais pendant quelques jours (et nuits). Recette implacable pour fédérer toute une ville.

Pour cette édition 2020, les noms sont annoncés progressivement. Et les premières salves suffisent pour comprendre que le succès sera encore au rendez-vous cette année.

Les amateurs de techno brute apprécieront les défouloirs que sont les sets de Paula Temple et des français.e.s Parfait et I Hate Models, deux habitués des soirées parisiennes Possession. Sera également présent Mall Grab, qui a définitivement effectué (et réussi) son virage vers la techno l’an dernier avec son EP « Growing Pains« . Sans oublier l’américo-israélienne Mor Elian qui a déjà conquis Astropolis en 2019.

Pour les amateurs de machines et de lives, le Made a fait appel à deux experts. Kink, expert du genre, Kosh, du génial label marocain Casa Voyager, pour sa première date bretonne, et le duo israélien Red Axes, qui piochera dans leurs plus de 700 productions à leur actif. 

Côté house, le festival accueillera les maîtres européens entre house groovy, deep house, disco et funk avec le ponte néerlandais Tom Trago, mais aussi l’écossais The Revenge, l’autrichien en pleine ascension Demuja, et les français Yuksek, Mad ReyMarina Trench et Flabaire

Retrouvez toutes les informations sur la page Facebook et le site internet officiel du festival