Photo en une © D.R 

Dimanche 21 juillet, à 23h10, M6 va consacrer son format « Enquête Exclusive » au festival Tomorrowland en Belgique. Le titre : « Tomorrowland : dans les coulisses et la folie du plus grand festival de techno du monde. » Mouais.

« C’est le plus grand festival de musique techno du monde. Chaque été depuis 2005, au cœur de la Belgique, 400 000 fêtards, venus de toute la planète, transforment la paisible campagne flamande en boîte de nuit à ciel ouvert.« , commence le synopsis. Après un grand format consacré au Weather Festival il y a quelques années, M6 a cette année jeté son dévolu sur Tomorrowland. Pour la chaîne, ce serait « le plus grand festival de techno au monde » : autant dire que… ça démarre mal, quand suivent les noms de « David Guetta, Martin Garrix ou le jeune Toulonnais Kungs » parmi les « plus de 1000 DJs » qui passent au festival. 

Si votre dimanche 21 juillet au soir est un peu ennuyant, la suite du communiqué risque de vous donner envie d’y jeter un oeil, juste pour rire. La suite ci-dessous. 

« Entre looks extravagants et culte du corps, les clubbers se déchaînent dans une ambiance sans tabou et sans limite. Pour les accueillir, un camping géant de soixante hectares surnommé Dreamville, « la ville des rêves ». Des dizaines de milliers de tentes, mais aussi des restaurants, des boulangeries, des supermarchés et même un coiffeur sont installés au milieu des champs.

Tomorrowland est aussi une machine à cash très efficace qui classe les festivaliers en fonction de la taille de leur porte-monnaie. Service VIP pour les plus fortunés à 40 000 euros le week-end, eau chaude et douche payante pour les plus modestes.

Derrière l’image d’un Woodstock de la musique électro, le festival a aussi sa face cachée ; entre colère des riverains, ceux qui vivent à Boom, la commune voisine excédée par la foule des clubbers, la puissance des décibels et les dérapages en tous genres (drogues, alcool, bagarres).

Le temps du festival, nous avons accompagné Juliana et Jose Luis, des fans de la première heure venus d’Amérique latine pour vivre une lune de miel au son de la musique techno. Nous avons également suivi Sébastien, Élodie et leurs amis, de jeunes Franciliens prêts à tout pour repousser toujours plus loin les frontières de la fête. Raul et Frédérick, quant à eux, nous ont invité au premier mariage gay célébré dans l’enceinte du festival.

Plongée dans les coulisses d’un festival hors norme devenu, année après année, le plus grand rendez-vous mondial de la scène électro.«