Alan Robert Pearlman est mort ce week-end à l’âge de 93 ans. Cet ingénieur américain était notamment le fondateur des mythiques synthétiseurs ARP. 

Dans les années 70, Alan R.Pearlman s’illustre sur le paysage des synthétiseurs analogues aux côtés d’autres pontifes du genre, dont Buchla et Moog. Au début de sa carrière, cet ingénieur travaille sur des amplificateurs de puissance pour la NASA, et notamment pour les célèbres Programmes Gemini et Apollo avant de se pencher sur la création de sa propre marque de synthétiseurs modulaires et analogiques devenus mythique, ARP. 

Son premier modèle, l’ARP 2500, modulaire et duophonique, est lancé dans le commerce en 1970. En 2017, une cinquantaine d’entre eux seraient toujours opérationnels dans le monde. Le modèle suivant, l’ARP 2600, est la version portable du premier et sera son succès commercial le plus notable.  C’est ensuite l’ARP Odyssey qui casse complètement le marché en 1972 dans le but de concurrencer les célèbres Minimoog, et qui sera utilisé par beaucoup de producteurs dont The Chemical Brothers, Herbie Hancock, ou encore Arnaud Rebotini. 

La société sera contrainte de disparaître quelques années plus tard, mais continue encore aujourd’hui d’influencer considérablement le marché international. Ci-dessous, une utilisation du modèle 2500 par la célèbre compositrice française Éliane Radigue.