Photo à la une © Sam Mar

Alors que la pandémie liée au COVID-19 semble s’éloigner doucement, les conséquences des restrictions continue de bouleverser notre façon de vivre. Des bouleversement encore plus visibles et négatifs pour le monde du spectacle, de la fête et de la nuit.

La billetterie en ligne internationale Xceed a interrogé plus de 3545 utilisateurs professionnels et particuliers vivant dans 41 pays, sur les effets du confinement et les répercussions futures de l’impact du virus sur notre vision et envie de fête. Un tableau final plutôt lugubre.  

Des conséquences économiques catastrophiques

Au delà des classiques informations sur la population festive, les données sur les professionnels du secteur touchée par la crise sont plus qu’affolantes. Dans l’industrie événementielle, plus de 50% des équipes ont été totalement renvoyée ou partiellement congédiée depuis la mise en place des mesures. Seul 12% des structures ont réussi à maintenir leur équipe au complet. 

La vision future des acteurs du secteur n’est pas plus optimiste, 68,7% indiquent résister pour le moment mais ne plus pouvoir maintenir leur entreprise à flot pour encore longtemps. Seulement 17,9% affirment pouvoir survivre à la crise et 5,6% ont déjà coulé. Quelque soit le pays, les mesures gouvernementales ont été trouvées satisfaisantes par moins de 12% des sondés et 43,6% indiquent que la gestion de la crise a été déplorable.

Des mesures et espoirs pour le futur

Sur un retour à la normale, les gestionnaires de clubs sont les plus pessimistes et sont 38% à penser qu’ils ne pourront pas rouvrir leurs portes avant 6 mois. À l’inverse, la majorité des propriétaires de bars et restaurant sont confiants pour une réouverture d’ici maximum 3 mois. Interrogés sur les mesures qu’ils pourront mettre en place pour relancer leurs structures, la baisse des prix des tickets pour augmenter la fréquentation des lieux apparaît comme une solution plausible pour plus la majorité. Ils refusent cependant que cela soit corrélé à une baisse de la qualité du service proposé.

De nouvelles façon de gérer les flux et une optimisation de l’utilisation de l’espace font partis des principaux axes de réflexions des lieux et créateurs d’événements. Le passage à une réservation en ligne de créneaux fixes pour les restaurants et bar et de billets d’entrées pour les clubs étant une des solutions les plus facile à mettre en place.

Enfin, un travail de fond aussi bien sur le respect des mesures d’hygiènes que sur la communication auprès du public devra être fait pour l’inciter à réintégrer les lieux festifs. Alors qu’une autre étude montrait que 82% des gens interrogés étaient près à retourner en festival d’ici 6 mois, il apparaît ici que plus de 45% de la population est au moins un peu inquiète à l’idée de retourner dans des bars, restaurants ou clubs. Plus de 6% des plus de 40 ans affirment même êtres effrayés par cette idée.

Comme on pouvait s’y attendre, les activités de pleines aires sont plébiscitées à la sortie du confinement. Les écrans, peut-être en raison d’une sur-utilisation lors du confinement, semble être délaissés. Peut-être la bonne nouvelle de cette étude ?

L’ensemble des résultats du sondage sont à retrouver ici.