Photo à la une © Gaëtan Clément 

La plateforme Liveurope et 40 associations majeures du secteur de la musique, en France et en Europe, publient une lettre ouverte face à la crise actuelle du COVID-19. L’objectif : demander en urgence l’augmentation des budgets dédiés à l’industrie musicale, qui pourrait être impactée jusqu’en 2021, bien après la résolution de l’urgence de santé publique. 

Face à la crise sanitaire, l’industrie musicale est l’un des premiers secteurs touché de plein fouet, en témoigne les nombreuses actions solidaires qui fleurissent sur la toile. En France, plusieurs « appels aux indépendants », adressés au Ministère de la Culture, avaient notamment été publiés au début du confinement, et rassemblaient les acteurs et organismes des grandes villes de Paris, Lyon ou encore Bordeaux. La semaine dernière, Technopol initiait une pétition en ligne pour sauver les festivals français de l’annulation systématique et le report en 2021 des festivals prévus cet été. 

Aujourd’hui, près de 40 associations européennes majeures, représentant l’ensemble du secteur de la musique européen et français, se réunissent dans un nouveau communiqué. Lancé par Liveurope, la plateforme européenne qui rassemble 16 salles de concerts du continuent, l’appel a été rejoint par le CEM (Conseil européen de la musique), la FIM (Fédération Internationale des Musiciens), la DME (qui compte notamment Spotify et Deezer) ou encore We Are Europe (le réseau de festivals d’Arty Farty, dont Nuits Sonores).

L’industrie de la musique sera impactée par la crise « jusqu’en 2021 »

Cette lettre ouverte demande en urgence des investissements, et alarme sur les dommages désastreux qui impacteront l’écosystème musical jusqu’en 2021, bien après le « déconfinement ». 

« Avec la fermeture des frontières, la suspension des activités des salles de concert et des festivals, l’annulation des spectacles, l’arrêt des activités des groupes, la fermeture des magasins et la mise en attente des nouvelles sorties, c’est toute la chaîne de valeur créative qui est paralysée.« , explique le communiqué, qui dresse la liste de tous les corps de métiers impactés. « Les artistes et leur direction, les interprètes, les compositeurs, les auteurs, les éducateurs musicaux, les chefs d’orchestre, les agents de réservation, les magasins de disques, les labels, les éditeurs, les distributeurs, les promoteurs, les fabricants, les techniciens, les responsables d’événements et le personnel chargé des événements » font partie des nombreux acteurs qui s’inquiètent de l’avenir de leur travail. c

Augmenter les budgets nationaux et européens 

Toutes les organisations musicales signataires demandent d’abord aux 27 États Membres et à la Commission européenne de « prendre position » et d’augmenter « de manière significative » les budgets nationaux et européens consacrés à la culture – et plus particulièrement au secteur musical. Elles invitent également chaque État à « offrir au secteur européen de la création un accès rapide et complet aux Fonds structurels« , afin de compenser les pertes actuelles et anticiper l’avenir, à l’heure où le retour à la normale, dans les salles, les clubs et les festivals, est imprévisible. « Nous demandons un soutien public d’urgence et durable ainsi que des politiques structurelles aux niveaux européen, national, régional et local pour consolider l’écosystème musical et l’aider à prospérer à nouveau dans toute sa diversité.« 

Le lettre se termine par un cri d’alarme éthique, afin de ne pas oublier que la musique – et tous les secteurs culturels – continuent de fédérer des communautés actives pendant le confinement. Les artistes et DJs diffusent leurs performances en direct quotidiennement, la musique réunit sur les balcons, des festivals virtuels se montent, preuve que « la musique est un moyen de recréer un sentiment d’appartenance à une communauté, en jetant des ponts entre les individus et les cultures, indépendamment des origines sociales, ethniques et culturelles.« 

Retrouvez le communiqué complet sur ce lien, et la liste des organisations signataires ci-dessous. 

Les organisations 

AEC, Association Européenne des Conservatoires, Académies de Musique et Musikhochschulen
CIME/ICEM, International Confederation of Electroacoustic Music

DME, Digital Music Europe

ECA-EC, European Choral Association – Europa Cantat

ECSA, European Composer and Songwriter Alliance

EFNYO, European Federation of National Youth Orchesta

EMC, European Music Council

EMCY, European Union of Music Competitions for Youth

EMEE, European Music Exporters Exchange

EMMA, European Music Managers Alliance

ETEP, European Talent Exchange Programme

Europavox

EJN, Europe Jazz Network

EVTA, European Voice Teachers Association

FIM, International Federation of Musicians

GESAC, the European Authors Societies

IAMIC, International Association of Music Centres

IAO, International Artist Organisation of Music

ICAS, International Cities of Advanced Sound

ICMP, International Confederation of Music Publishers

ICSM, International Society for Contemporary Music

IFPI, International Federation of the Phonographic Industry

IMMF, International Music Managers Forum

IMPF, Independent Music Publishers International Forum

IMPALA, Independent music compagnies associations

INES, Innovation Network of European Showcases

JMI, Jeunesses Musicales International

JUMP, European Music Market Accelerator

Keychange

Live DMA, European network for music venues and festivals

Liveurope, the platform for new European Talent

Pearle*, Live Performance Europe

SHAPE, Sound Heterogenous Art and Performance in Europe

REMA, European Early Music Network

We are Europe

Yourope, the European festival Association