Alors que le silence règne dans l’enceinte des clubs de la capitale allemande, le Berghain rouvre quant à lui ses portes le temps d’une exposition sonore jusqu’au 2 août.

Lieu incontournable des nuits techno berlinoises, le Berghain a – comme tous les autres établissements festifs de la capitale – été contraint de fermer ses portes suite aux mesures sanitaires prises par le gouvernement. À la frontière entre Kreuzberg et Friedrichshain, l’ancienne centrale électrique désaffectée a pourtant pu rouvrir le temps d’une expérience sonore inédite.

Une expérience sonore inédite et expérimentale

Jusqu’au 2 août, l’immense Hall Kessel, qui accueille habituellement les danseurs des quatre coins du monde, héberge sous ses plafonds de plus de 20 mètres de haut une expérience inédite. « On écoute, on ressent, on peut fermer les yeux, on peut aussi les ouvrir, et on voyage derrière les sons dans la salle« , affirme Carsten Seiffarth, créateur de la galerie « singuhr projekte » à l’origine du projet.

berghain-dure-vie-2020

Sam Auinger et Hannes Strobl – les deux artistes invités – ont pris en considération l’architecture de la salle d’entrée pour en faire « comme une sorte d’instrument« . Selon l’endroit où se trouve le visiteur, le son résonne différemment. Diffusées via 24 enceintes cachées dans l’architecture du hall, les onze compositions compilent une cinquantaine de minutes reprenant bruits de ville, d’hélicoptères, craquements, murmures…

En raison des mesures sanitaires strictes imposées par l’État – et prises par le club lui-même – , seulement 50 personnes peuvent profiter en même temps de l’exposition, ce qui peut parfois mener à de longues files d’attente.