Photo en une © D.R

Après sa fermeture en octobre dernier, la mythique péniche du Batofar, défricheuse de talent et conservatrice des cultures alternatives depuis 1999, réouvre ses portes dans un tout nouvel esprit. Renommé Bateau Phare, c’est sous le signe du voyage, du chic et du décontracté que le lieu reprend vie. 

Le Batofar, lieu emblématique des quais François Mauriac dans le 13ème arrondissement, annonçait sa fermeture en octobre dernier pour rénovation. Active depuis 1999, la péniche possédait cet esprit que l’on aime tant, défricheuse de talents et de cultures alternatives, du punk à la techno, en passant par le hip-hop et la house. Une fermeture au goût amer pour les amoureux de découvertes musicales, d’open-platines et de soirées flottantes avant-gardistes.

C’est malheureusement dans un tout nouvel esprit que la péniche réouvre en juin dernier, renommé Bateau Phare et repris en main par Cyril Michel, directeur du festival Ernest Wiehe Jazz Festival. Bien loin du caractère underground du mythique Batofar, c’est une ambiance “chic et lounge” qui s’empare du navire. La cale ne résonnera plus au son techno, drum’n’bass ou rock alternatif, mais accueillera taï-chi et yoga le matin, restaurant cosy et chef réputé sur le pont intermédiaire, et conférences/expos-photos au sous-sol. Sur le thème du voyage, des musiciens de musique du monde se relaieront la scène, avec des concerts, lives et (peut-être) DJ sets. Sans préjuger de sa réussite et de ces idées novatrices, c’est une nouvelle vision de la vie nocture parisienne qui s’offre à nous, « plus start-up nation, à base d’ «expérience client», d’appli pour commander sa nourriture et de projet de navettes fluviales pour rejoindre le lieu » annonce le magazine Télérama

Avec les nouvelles normes, les conflits avec les institutions et les fermetures administratives, la lutte permanente du Batofar a eu raison de sa survie. « Le Batofar est l’exemple-type de la situation difficile que vivent tous les lieux du même genre » déclare l’ancien exploitant Mona Van Cocto au magazine Télérama. Placée en liquidation judiciaire et face aux dettes accumulées auprès de la Sacem ou du Port de Paris, la péniche s’est vue dans l’obligation de fermer ses portes, et de céder sa place à un tout nouveau format. 

Retrouvez toutes les informations sur la page Facebook de Bateau Phare