Hier soir, la 61ème cérémonie des Grammy Awards a notamment couronné Justice avec le prix du meilleur album dans la catégorie Dance/Musique électronique.

Chaque année depuis 1958, les Grammy Awards récompensent les meilleurs artistes et techniciens internationaux du domaine de la musique. Décernés par l’équivalent de l’Académie Nationale des Arts et des Sciences, les Grammy Awards en récompensent toutes les franges : pop, rap, R&B, rock, country, reggae, jazz, gospel – mais aussi la catégorie « dance/electronic music », aujourd’hui divisée en de multiples et multiples sous-catégories mais représentée en grande partie aux yeux de tous comme une seule et même famille.

L’année dernière, Kraftwerk avait remporté sa troisième récompense pour le « Meilleur Album Dance/Electronique » avec « 3-D The Catalogue«, et LCD Soundsystem, le Meilleur Titre avec « Tonite », tiré du quatrième album studio « American Dream ».

Cette année, pour la 61ème édition, Justice raffle la récompense du Meilleur Album électronique avec Woman Worldwide, enregistré au fil de la tournée mondiale du duo. S’inclinent donc face à eux SOPHIEJon HopkinsSOPHIE, Sofi Tukker et TOKiMONSTA. Bien qu’après avoir été nominés trois fois en 2008 pour leur album « D.A.N.C.E. », c’est la première fois que le duo reçoit une telle distinction.

Sont également repartis avec un petit prix Mura Masa, pour son remix du morceau « Walking Away« , et Diplo, dans la catégorie « meilleur enregistrement électronique ». 

De belle augure pour le film que prépare actuellement Justice et prévu en projection en mars prochain.