Même si la plupart du temps tu t’éclates quand tu sors, t’as récemment fait le constat indéniable que tes soirées se ressemblaient. Sans aller jusqu’à parler de monotonie nocturne, tu sais pas bien ce que tu fais d’autre que danser, boire, fumer… C’est sans compter les Soeurs Malsaines, ce crew hétérogène qui t’apporte cette épice qu’il te manquait pour vraiment apprécier toute la saveur d’une bonne fête. Rencontre.

La bonne nouvelle, c’est que tu vas avoir l’occasion d’y goûter tout le mois de novembre. Le collectif se chargera de pimper l’ambiance de trois soirées, dont ce samedi à la Rotonde pour la soirée Attrape Rave par ItinéraireBis, en instaurant la République du boobs libre. Elle se chargeront ensuite de l’espace chill du Gang Bang organisé par Newtrack le 29 novembre aux NF-34 (mais bon, avec les Soeurs Malsaines le mot « chill » reste très relatif). Et pour finir le mois de novembre, les marins d’eau douce de CARGØ leur font confiance pour malsainiser leur nouveau bébé plein d’acier, le 30. Déjà que cette nouvelle fête sauvage et sous-marine faisait envie, on peut dire qu’avec les Soeurs Malsaines aux commandes, le souffle commence à se faire court.

Qui sont les Soeurs Malsaines ?

Soeurs Malsaines c’est avant tout “une macédoine de fun pour un maximum de plaisir”. C’est un collectif de potes insolent.e.s et subversifs qui luttent pour la fête libre et libérée. On est photographes, vidéastes, architectes, Dj, graphistes, communicants, militants, citoyens et surtout teufeurs ! En somme c’est ta mère, ma soeur, des culs et des dents qui claquent, beaucoup de tétons et un peu de fesses.

Pourquoi vous faites ça ? Une sorte de nostalgie obsessionnelle des bonnes vieilles fêtes de l’école ?

En quelque sorte, oui. Le collectif est né du désir de vraiment s’amuser en soirée. On trouvait qu’il y avait toujours un côté chiant à passer 6h sur le dancefloor à danser, boire un coup et fumer sa clope. Sauf que l’imaginaire de la fête renvoie à tellement plus d’éléments : les jeux, le sexe, l’interdit, le subversif, le lâcher prise, l’extravagance, l’extraordinaire. On a donc voulu apporter plus de fun aux teufs en commençant par des performances, des vidéos projections, des immersions scénographiques et aujourd’hui on revient à la toute base, le vrai côté de la kermesse, celui qui fait sortir le petit gosse qui est en toi : le GAME !

C’est quoi pour vous le malsain ?

Être malsain c’est aller à l’encontre du politiquement correct, c’est avoir du culot, oser dire, montrer et faire l’inverse de ce qu’on nous a toujours appris et nous émanciper des carcans. Être malsain c’est pas négatif pour nous c’est juste être différent.

Qu’est-ce qu’ont en commun toutes les teufs réussies ?

Émilie : Un petit vomi, quelques galoches et des paillettes plein la culotte. Là, tu sais que tu as fait un sans faute !

Lucile : Une belle équipe, un air planant de liberté, des rencontres, un peu de poppy et beaucoup de soleil !

C’est quoi la plus grosse bêtise que vous ayez faite en soirée ?

Mélanie : On ne les compte plus ! La dernière en date, c’est un Dj booth et des platines laissés à l’abandon, notre Dj emblématique Double Penne à nos côtés, une clé dans sa banane et un éclair de génie. On a hacké les platines de la dernière teuf de la Halle Papin sans pression. On a tenu 2 heures, c’était dingue !

Emilie : Organiser un tournage de film de cul en boite de nuit, c’était bien taré aussi (surtout quand tu préviens personne à part le chef op’ et le réal).

Quand on décore un lieu pour une teuf, c’est quoi le plus important ?

Le plus important, c’est le détail. Une culotte sous ta chaise, une pancarte pour te dire quelle heure il est, une typologie de boobs sur les murs, ton doudou accroché derrière le Dj.

Dans quel endroit rêvez-vous de faire la fête ?

Emilie : Dans la street 365 jours par an !

Lucile : Une épicerie, un supermarché, c’est tellement cinématographique.

Vous préférez les fesses ou les tétons ?

Lucile : Sans hésitation, les tétons, ça créait beaucoup plus de polémiques, de débat et ça permet de lancer de vrais défis sur les réseaux sociaux : combien de temps va rester notre post avant censure ? …

Quentin : Les deux font la paire, c’est indissociable !

Emilie : Perso, je préfère la chatte, mucho plus de plaisir ! Mehdi : Moi tant qu’il y a de la peau…

Parlons politique. Pourquoi la liberté des boobs vous tient-elle tant à coeur ?

Parce qu’on a la secrète envie de faire de Paris un deuxième Cap d’Agde ! Plus sérieusement, c’est le résultat de la logique de la liberté qu’on prône. Dans les fêtes supposées libres, tu peux à peine monter sur une table sans te faire arrêter par le personnel de sécu. On veut à tout prix éviter ça ! La République du Boobs Libre, c’est une amorce. Affranchi.e.s de leur vêtements, les fétard.e.s ont une attitude tellement plus chaleureuse et spontanée. Ils sont prêt.e.s à faire la vraie fête et tout le monde est sur le même pied d’égalité. On désexualise les corps, on ouvre les chemises et le débat. À notre niveau, on essaie de faire avancer les choses dans lesquelles on croit.

Sinon vous avez fait quoi comme rêve cette nuit ?

Mélanie : J’ai rêvé qu’on fêtait les 15 ans du collectif avec nos enfants autours d’un superbe apéritif dinatoire, verrines lentilles et saumon, champagne et mignardises. Ça devait être un cauchemar je crois.

Illa : J’ai rêvé qu’on était tous à poil et qu’on se caressait, du coup ce matin j’ai dû changer les draps.

Et qu’est-ce que ça a de vraiment super de faire partie des Soeurs Malsaines ?

Partager, rencontrer, apporter du fun et contribuer à une effervescence collective. On a pas la grosse tête nous, on est ouverts à tous et dans les projets on est assez pluridisciplinaires. Viens, tu verras bien !

Des projets cool après ce mois de novembre bien chargé ?

Un festoche Porno, une nouvelle identité graphique, du gros taff de scénographie, assumer cet article devant mamie pour Noël, le 31 décembre (d’ailleurs t’as prévu quoi toi ?)

Comment se porte ce cher Dédé ? Un message d’amour / de prévention pour tous les teufeurs ?

C’est gentil de penser à Dédé. Il se repose parce qu’il a quand même bien teufer cet été et il ramasse sévère.

Pour les loosers qui ne le connaissent pas encore, c’est notre poto qui vient te dire de pas mettre ta main dans les culottes sans demander, qui t’apprends à changer ta paille entre deux traces, il te donne des bouteilles d’eau pour que tu t’hydrates et des capotes pour te protéger des MST. C’est un mec bien ce Dédé !

17 novembre : Attrape Rave | ItinéraireBis invite Parallele & Soeurs Malsaines

30 novembreCARGØ : Mézigue B2B Mad Rey all night long / Daniel Wang & more