Italien d’origine, Gabriel Cassina, plus connu sous le nom de Regal a grandi en Espagne où il a fait ses preuves sur la scène techno. Figure d’inspiration tant par sa première prestation au Berghain où il était le plus jeune DJ espagnol à s’y produire que par son ambition, Regal est très vite relayé dans le top des DJs à suivre et signe la majorité de ses productions sur son propre label Involve Records mais il se fera égalemment une place sur Figure ou Suara plus récemment. Alors que le label célébrait ses cinq ans avec une compilation inédite « 5 years in Love with Involve » dont la release party a lieu le 23 février au Rex Club, l’artiste a accepté de revenir sur son parcours.

Commençons par le début, comment la musique est-elle venue à toi ?

Ma première expérience avec la musique électronique fût très jeune, à l’école. Un de mes amis m’a donné une cassette avec ce que l’on appelle « Hardstyle » ou « Poky » et je suis immédiatement tombé amoureux. Puis, pas à pas, j’ai découvert d’autres artistes comme Plastikman, Dubfire ou Len Faki. Tout s’est fait assez naturellement.

Tu cites comme influences : Sven Väth, Emmanuel Top ou encore Plastikman. Y a-t-il d’autres artistes qui t’ont influencé ? 

J’ai été influencé par beaucoup d’artistes selon les périodes mais je pense que ceux-là sont mes plus grosses influences. Je pourrais aussi ajouter Yves Deruyter. En Italie, j’ai d’abord été influencé par la scène italienne avec Markantonio, Joseph Capriati, Rino Cerone… mais c’était il y a très longtemps.

Selon toi, comment les scènes espagnoles et italiennes évoluent-elles actuellement? 

Je ne sais pas vraiment comment la scène italienne évolue actuellement, mais en Espagne je pense que les choses ont beaucoup bougé. Nous avons de très bons clubs avec beaucoup de fêtes, tous les grands noms y jouent au moins une fois par an et nous avons de bons labels, DJs et producteurs. Si j’avais à me plaindre de quelque chose ce serait les soundsystems des clubs, mais c’est difficile à résoudre dans tout le pays.

Tu as très vite bougé à Berlin, qu’est-ce que cette ville t’a apporté ? Et aujourd’hui y trouves-tu encore ton inspiration ?

En ce moment je ne trouve pas énormément d’inspiration à Berlin. J’ai déjà eu mes moments là-bas. À l’époque, j’y ai emménagé car je ressentais le besoin d’y aller. Je me suis fait des contacts, j’ai rencontré des gens cool, trouvé de l’inspiration et maintenant je pense que ma place est à Madrid. Dans tous les cas, j’aime toujours y aller une à deux fois par an pour y voir mes amis.

Tu fais tes débuts au Berghain en 2014 lors d’une Klubnacht et serais sans doute un des plus jeunes artistes espagnols à t’y être produit. De quelle manière cette date a influencé ta carrière ? 

C’était un rêve qui devenait réalité. C’était un de mes objectifs et je l’ai réalisé, donc évidemment ça a eu une grosse influence sur moi car c’est à ce moment précis que j’ai réalisé que j’étais capable d’atteindre chaque objectif que je me fixe. Je m’en souviens encore, j’étais très stressé pour la première heure mais ensuite je ne voulais plus m’arrêter de jouer. Le Berghain a une énergie très particulière pour moi, pas uniquement en tant que DJ mais aussi en temps que clubber, je me sens vraiment chez moi à l’intérieur.

Avant de prendre le nom de Regal, tu jouais sous d’autres alias. Est-ce que tu en as toujours ? Ou as-tu comme projet d’en créer ? 

Avant de devenir « Regal » j’avais uniquement un alias mais il est enterré. Aujourd’hui, j’en ai un autre que j’utilise pour produire différents types de musique pour d’autres gens, mais je vais en créer un nouveau très bientôt dont la première sortie se fera après l’été. C’est une collaboration avec quatre autres artistes.

En 2012, tu crées ton propre label : Involve Records. Quelles ont été tes motivations et que souhaites-tu apporter par rapport au reste du marché ?

Quand j’ai créé le label, ma motivation principale était de faire quelque chose de différent et pas uniquement de faire un label de plus. Quelque part, c’est ce que tout le monde essaie de faire aujourd’hui : être différent, essayer d’être meilleur et offrir quelque chose de nouveau. Au sein de l’équipe, nous apprécions l’idée de créer une connection avec notre public et donner le meilleur de nous-mêmes. Nous voulons que notre public se sente représenté par notre collectif, nos idées et notre mode de vie.

Mixer, produire, gérer un label, comment t’en sors-tu dans tout ça ? Peux-tu nous décrire une journée type ?

Ma routine journalière est assez ennuyante, je m’assois simplement devant mon ordinateur et j’envoie des mails pendant des heures et des heures. J’ai quelques personnes qui travaillent pour moi sur le label donc j’essaie de tous les coordonner pour être sûr que nous allons tous dans la bonne direction. J’ai plusieurs réunions pendant le week-end, en face à face ou sur Skype. Puis j’essaie d’avoir un peu de temps pour faire de la musique au studio et maintenant je devrais commencer à aller à la gym, mais je ne peux rien promettre.

En décembre, le label fêtait ses 5 ans et sortait une compilation pour les célébrer avec entre autres Jeroen Search, Bambounou, FJAAK, Yotam Avni… Comment as-tu choisi les artistes ?

Faire une compilation avec de bons artistes pour célébrer les 5 ans du label était une idée que j’avais en tête depuis longtemps. J’ai été très chanceux car j’ai rencontré la plupart d’entre eux sur la route, et le feeling est toujours rapidement passé. Je les ai choisi pour leur musique évidemment mais aussi car nous avons de bonnes relations. Peut-être que je ne devrais pas dire ça, mais je pense que c’était la meilleure compilation de l’année.

Le nom en dit long « 5 years in Love with Involve». Aujourd’hui, que dirais-tu que ce label t’as apporté humainement et professionnellement ?

Ça m’a apporté beaucoup de choses. Quand j’ai commencé le label, je n’y connaissais rien à propos du marché, du graphisme, de la distribution, et j’étais tout seul. Aujourd’hui j’ai des personnes qui travaillent sur le label : nous avons notre propre graphiste, notre studio de mastering, une très bonne distribution et les meilleurs revendeurs. Donc je peux dire : merci Involve. Je travaille avec toutes ces superbes personnes, je me suis fait de nouveaux amis et nous améliorons tous les jours nos relations au sein de l’équipe.

Quels sont les artistes que tu suis aujourd’hui?

Je vous recommande de garder un oeil sur Blicz, un français talentueux qui travaille très dur. Il sortira très bientôt sur Involve.

Notre devise est « la vie est dure, on vous l’adoucit ». Qu’est-ce qui rend la vie plus douce selon toi?

L’amour. L’amour c’est la machine qui fait bouger le monde.

Vendredi 23 févrierFive years in love with Involve