Vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Par ce format « Inside Out » , comprenez décalé, fendant, improbable, extravagant… bref, ce que vous ne lirez sûrement nulle part ailleurs sur un DJ et/ou producteur. Celui qui s’est aujourd’hui prêté au jeu : Yann Polewka, DJ et producteur rennais aux influences house de Détroit et Chicago et boss de l’association Texture, à l’approche de son set le 15 septembre au Warehouse de Nantes, notamment aux côtés de Detroit Swindle. Tentez de gagner vos places en fin d’article.

La plus grande fierté de ta carrière ?

Mon association Organisme Texture, que j’ai monté avec des amis en 2014. En 4 ans, nous avons organisé des événements allant de 200 à 3000 personnes, dans des lieux insolites avec de l’art. En juillet dernier, ceux qui sont venus à la TXTR II ont pu voir Ben Sims, Byron The Aquarius, Kobosil ou encore Etapp Kyle, le tout dans un esprit rave inspiré des 90’s.

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Wham ! – « Wake Me Up, Before You Go-Go »

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Action Bronson, direct ! Mais je veux également que ce soit lui qui fasse le repas. J’aime beaucoup sa musique, mais sa cuisine a l’air tellement dingue (ne pas prévenir mon nutritionniste, merci).

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

Manger et dépenser mon argent dans les fringues.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Cajmere – « Brighter Days » (Undeground Goodies Mix)

Deodato – « Keep It In The Family »

Cheek – « Venus (Sunshine People) » (DJ Gregory Remix)

Si tu devais te réincarner en animal ?

Pas du tout original, mais je dirais le chien. Un Shiba Inu ou un Berger Australien aux yeux verrons.

Si tu étais un objet ?

Une Technics SL1210 MKII, sans aucun doute.

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ?

DJ Mehdi. Je l’ai loupé à plusieurs reprises de son vivant et aujourd’hui je regrette énormément de ne pas avoir pu le voir, ou même le rencontrer. Ce mec était un génie et a influencé beaucoup d’artistes dans de multiples styles musicaux.

Ton plat préféré ?

La blanquette de veau de ma maman, un classique de la cuisine française qu’elle revisite d’une manière toute simple mais tellement efficace.

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

Jovonn – « Pianos Of Gold »

Ce track est vraiment une tuerie mais impossible de le caler dans mes sets, à cause de cette mélodie qui commence dès le début du morceau et qui est un peu off-beat. Un putain de casse-tête, j’ai laissé tomber depuis des lustres.

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

Kerri Chandler – « Keep Me Inside »

Je suis amoureux de ce track. Un pur morceau de Deep House très simple mais tellement efficace, avec les bons éléments aux bons endroits, aux bons moments. Juste parfait.

Ton livre de chevet ?

« Rêves Syncopés » de Laurent Bonneau et Mathilde Ramadier
Magnifique Bande Dessinée d’une interview de Laurent Garnier et de flashback retracent son histoire et celle de la musique électronique.

Une blague pas drôle que tu peux raconter ?

C’est l’histoire d’un pingouin qui respirait par les fesses. Un jour, il s’assoit, puis il meurt.

Si tu étais une femme, qui aimerais-tu être ?

Jorja Smith.

Ton premier vinyle ?

Le premier acheté avec mon propre argent, il me semble que c’était un lot avec entre autre, DJ Gregory – « Tropical Soundclash »

Un rituel avant de monter sur scène ?

Je me prépare un petit verre, et j’essaie de capter au maximum l’énergie du public !

Une machine fétiche / préférée ?

Mon ordi, tout simplement.

Yann Polewka : Facebook / Soundcoud

Samedi 15 septembre (Warehouse, Nantes)Wonder – Detroit Swindle, Yann Polewka, Corentin Mab

Gagnez vos places via notre jeu concours