Photo à la une © Cynthia Orthu

Vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Dans ce format Inside Out, comprenez un entretien one shot avec des questions décalées et improbables, sur tout que vous ne lirez sûrement nulle part ailleurs sur un DJ et/ou producteur. Aujourd’hui on rencontre Master Phil, le DJ parisien à la sélection assez incroyable entre euro house, italo, french boogie, acid ou même trance, et surtout à l’énergie monstre sur scène, avant son set pour les 5 ans du Mini Club de La Rotonde Stalingrad ce vendredi 25 octobre. Cheminot dans la vie, lâcher prise aux platines.

La plus grande fierté de ta carrière ?

Faire danser les gens sur la musique que j’aime toutes les semaines. 

Ton livre de chevet ?

Serotonite de Michel Houellebecq, je l’ai pas encore fini mais je l’emporte toujours avec moi quand je mixe ailleurs qu’à Paris. 

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Scatman, j’ai grandi avec ce truc, je ne l’ai joué qu’une seule fois, c’est un morceau qui est mal jugé (meme si bon ok le scat c’est un peu relou).

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Gérard Depardieu, tout simplement.

Ton pire « Random memories » de soirée ?

C’est pas mon album de Daft Punk préféré…

Une blague pas drôle que tu peux raconter ?

Tu sais ce que dit un pompier qui repeint un pont ? PINPON…

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

Créer une équipe fictive dans Pro Evolution Soccer avec tous mes copains dedans et ensemble on gagne la Ligue 1 et la Ligue des champions. 

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Haddaway – What is Love
Chimo Bayo – esta si esta no
Ange Lonis – Pin up

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas fait de la musique ?

Cheminot. 

Si tu devais te réincarner en animal ?

Un chien de prairie. 

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ?

Miles Davis – Kind of Blue, premier pressage européen, il sonne beaucoup mieux que n’importe quelle réédition, je l’avais trouvé dans une brocante à 2 euros.

Ton premier vinyle ?

Le BO de Metal Hurlant, acheté dans une brocante dans ma ville de Brou Sur Chantereine à 13 ans.

Si tu étais un objet ?

Une guitare, comme ça on me gratouillera le ventre toute la journée.

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ?

Arthur Russell

Un rituel avant de monter sur scène ?

Faire popo, après vous êtes capable du meilleur.

Une machine fétiche / préférée ?

Linn Drum, évidemment je ne l’ai pas.

Quelle est ta passion inavouable ?

Bob Sinclar…

Ton plat préféré ?

Le Beauf au trigre qui pleure. 

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

Je n’ai jamais jamais jamais honte de jouer un morceau !

Ton instrument de prédilection ?

La batterie.

Si tu devais sampler une BO de film ?

La scène de fete dans « Quelques jours avec moi » de Claude Sautet, impossible de retrouver ce morceau, je ne pense pas que ce soit Philippe Sarde.

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Le Parc des Princes… Parce que j’allais voir jouer le PSG quand j’étais jeune et j’ai une rapporte particulier avec ce lieu, j’y ai vécu des émotions uniques.

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

Africa de Toto, déjà parce que ce morceau est super et aussi parce que il y a tellement d’éléments incroyablement bien produits, rien que l’intro, la drum et les percussions sont impeccables, les synthétiseurs sonnent à merveille, et les voix sont royalement enregistrées… bref.

Le disque que tu regrettes de ne pas avoir acheté ?

Testpatern de Testpatern, c’est un projet de Takahashi et Hosono (membre de YMO) superbe disque ultra rare, j’ai failli craqué au Japon mais ça restait tres cher, donc comme tous les bons crottes diggers j’attends que ce soit réédité.

Retrouvez toutes les infos de la soirée du 25 octobre à La Rotonde sur l’événement Facebook.