Vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Dans ce format Inside Out, comprenez un entretien one shot avec des questions décalées et improbables, sur tout que vous ne lirez sûrement nulle part ailleurs sur un DJ et/ou producteur. Inspiré de Detroit et amoureux des synthés modulaires, le DJ et producteur français Madben sort son nouvel EP Landscape le 21 juin. Après avoir signé sur le label de Maceo Plex, il signe cette fois-ci sur Sous Music, le label d’Anja Schneider. Rencontre.

La plus grande fierté de ta carrière ? 

Spontanément, ça serait d’avoir toujours réussi à composer la musique qui me plaît, de l’avoir faite évoluer selon mes envies au fil des années, et non pas pour répondre à une certaine notoriété.

Ton livre de chevet ?

La notice d’utilisation d’une de mes machines !

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Pierre Billon – La bamba triste

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

J’ai eu l’occasion de dîner au restaurant avec plusieurs des mentors qui m’ont donné envie de faire ce que je fais aujourd’hui. J’ai maintenant la chance de les côtoyer fréquemment dans mon métier, parfois même de collaborer avec eux en studio !

Mais très sincèrement, il en reste qui m’impressionne toujours autant et à qui je n’ai jamais osé adresser la parole alors que j’en ai eu plusieurs fois l’occasion, c’est Jeff Mills

Ton pire « Random memories » de soirée ?

J’en ai un récent en tête et c’est la première fois après quelques centaines de dates que cela m’est arrivé. Pendant le linecheck d’un live, donc environ 15min avant de jouer, je me suis aperçu qu’une de mes machines n’avait pas supporté le voyage.

Son bouton d’alimentation était littéralement rentré à l’intérieur de son boitier lorsque j’ai appuyé dessus pour la mettre en route ! J’ai eu beau essayer de la démonter, je me suis rapidement rendu à l’évidence : j’ai du jouer en dj set.

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas fait de la musique ?

J’aurais surement continué mon précédent boulot à la Fnac, un job que j’ai décidé de lâcher il y a six années maintenant pour vivre totalement de ma musique. 

Ton premier vinyle ?

DBX – Losing control, sorti sur le label Accelerate.

Je ne suis pas certains que cela soit réellement mon tout premier vinyle, mais en tout cas il faisait partie des premiers disques que j’ai acheté lorsque j’étais encore étudiant à Lille ! 

Un rituel avant de monter sur scène ?

Pas vraiment, il se résume à passer un bon moment avec des potes en before ou encore à partager un bon diner avec les autres artistes et/ou promoteurs de la soirée où je viens jouer. Je ne ressens pas le besoin de m’isoler ou de suivre un rituel particulier avant de monter sur scène.

Ton plat préféré ?

J’adore la cuisine italienne ! 

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Sur le toit d’un building à Tokyo, je ne sais pas pourquoi, mais l’idée me paraît très alléchante !

Vous pouvez pré-commander le nouvel EP de Madben, Landscape, via ce lien. Retrouvez plus d’informations sur la page Facebook de Madben