Vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Par ce format « Inside Out » , comprenez décalé, fendant, improbable, extravagant… bref, ce que vous ne lirez sûrement nulle part ailleurs sur un DJ et/ou producteur. Raphaël et Stan, du label, collectif et chaîne Youtube/Soundcloud à part entière Les Yeux Orange se sont prêtés au jeu à l’approche de leur date attendue à La Machine du Moulin Rouge le 29 septembre. Tentez de gagner vos places en fin d’article.

La plus grande fierté de ta carrière ?

Raphaël : Fierté est un mot un peu fort quand il s’agit de musique. Un DJ essaye de faire danser les gens mais ne révolutionne pas la société, ce n’est pas comme si tu inventais un vaccin ou la télévision. Mais puisqu’il faut bien répondre quelque chose, je dirais que voir le nom Les Yeux Orange en géant sur les panneaux publicitaires lumineux du Rex fait son petit effet quand c’est le premier club que tu fréquentais régulièrement (avec le Pulp), et que tu vivais encore dans le quartier il y a quelques semaines.

Stan : Je sais pas si on peut parler de carrière mais on avance et on le doit à nous-même, pourvu que ça dure !

Ton livre de chevet ?

Raphael : Je n’en ai pas vraiment, mais dès que j’ai un petit coup de déprime j’ouvre « Parodie » de Cizia Zyke et ça va tout de suite mieux.

StanGlamorama de Bret Easton Ellis.

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Raphael : Paradisio – « Bailando »

StanMylène Farmer – « Tristana » (pour le clip aussi)

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Raphael : Noam Chomsky.

Stan : Mylène Farmer.

Ton pire « Random memories » de soirée ?

Raphael : Avoir bu du Poppers accidentellement.

Stan : Il y a quelques années, je me suis fait injustement viré d’un club à Pigalle après m’être fait agressé gratuitement, et à peine dehors, je me suis fait arracher mon téléphon dans la rue par un  type qui courait deux fois plus vite que moi. Gros moment de solitude…

Une blague pas drôle que tu peux raconter ?

Raphael : Que demande un footballeur belge à son coiffeur ?
La coupe du monde !

StanEst que tu sais pourquoi les chiens se lèchent les couilles ?
Parce qu’ils peuvent le faire (…)

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

Raphael : Placer des villes sur des cartes.

Stan : J’essaie de lutter en tant que graphiste.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Raphael :

Doctor’s Cat – « Feel The Drive »
Jamie Principle – « Waiting On My Angel »
Lhasa – « The Attic »

Stan :

Gino Soccio – « Remember »
Gary’s Gang – « Makin’ Music » (Dub Mix)
Paul Rutherford – « Get Real » (Happy House Mix)

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas fait de la musique ?

Raphael : Pilleur de tombe ou chercheur d’or ? Non, probablement un truc lié au tourisme ou aux voyages.

Stan : Conseiller à la Banque Postale.

Si tu devais te réincarner en animal ?

Raphael : En pigeon, pour déféquer sur la tronche de tous ceux qui ont pu me contrarier.

Stan : En singe-rat.

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ?

Raphael : Le dernier acheté et il sera remplacé par le prochain.

Stan : Maya – « Lait de Coco »

Ton premier vinyle ?

Raphael : Un 7″ de Confetti’s ‎– « The Sound Of C« …quand j’étais gamin.

Stan : Ulysse 31 (Bande Originale De La Serie T.V.)

Si tu étais un objet ?

Raphael : Un drone.

Stan : Un bitcoin.

Si tu étais une femme, qui aimerais-tu être ?

Raphael : Cléopatre (Morte). Ou Gong Li (vivante)

Stan : Ma copine qui arrive à me supporter…

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire ?

Raphael : Jefferson Airplane.

Stan : Serge Gainsbourg.

Un rituel avant de monter sur scène ?

Raphael : Aller aux toilettes.

Stan : Le signe de croix et je rentre systématiquement à cloche pied (du pied gauche)

Une machine fétiche / préférée ?

Raphael : La Guillotine.

Stan : Une bonne vieille Technics MKII, étant donné que je ne produis pas.

Quelle est ta passion inavouable ?

Raphael : Le reggaeton !

Stan : Errer sur Google Street View.

Ton plat préféré ?

Raphael : Le pastitsio, une sorte de gratin de macaroni à la viande hachée, une spécialité grecque.

Stan : Les pâtes à toutes les bonnes sauces !

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

Raphael : « Science Fiction » d’Alan Burnham. Je ne sais pas, certains morceaux, tu ne trouves jamais le bon moment. La dictature du dancefloor est sans pitié.

StanPeter Richard – « Walking in The Neon« . J’avais acheté le disque horriblement cher sur discogs il y a une dizaine d´années…Je m´étais promis de le revendre pour limiter la casse et finalement je l´ai toujours, je le garde précieusement…

Ton instrument de prédilection ?

Raphael : Le piano.

Stan : La clarinette.

Si tu devais sampler une BO de film ?

Raphael : Parfum De Femme, de Dino Risi. La musique est composée par Armando Trovajoli, paix à son âme.

StanManhunter. La BO qui contient notamment deux superbes morceaux du groupe Shriekback.

Quelle question aurais-tu aimé que l’on te pose en interview ?

Raphael : Maitre Gim’s ou David Bisbal ?

Stan : Je viens de répondre à une vingtaine de questions très pertinentes et prises de tête et je vois qu’il en reste encore quelques unes.

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Raphael : Pas très insolite mais un grand hangar. On nous prend souvent à tort pour des djs « groove » ou axés « oldies » à cause de nos edits, alors qu’on kiffe tout autant l’acid qui frappe ou l’indus bien crade.

Stan : Dans la résidence où je vis : un square d’habitation construit dans les années 30 avec deux fontaines, je crois que je suis le seul à me baigner dedans d’ailleurs de temps à autres et discrètement l’été en pleine nuit, ça ferait une belle pool party.

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

Raphael : Future Sound Of London, « Papua New Guinea« . Parce que c’est une explosion d’émotions. Il ya un côté trance, au sens chamanique du terme.

StanGino Soccio – « Remember« . Un gros classique underground disco, il est magique, je ne m’en lasse pas.

Le disque que tu regrettes de ne pas avoir acheté ?

Raphael : Aucun. Il y a trop de bons disques, on ne peut pas tout avoir. J’en ai déjà 6000, ça ira.

Stan : Honnêtement aucun. Il y a des milliers disques que j’aimerais posséder, c’est une quête sans fin mais désormais le digital est là pour combler la frustration.

Une anecdote « Dure Vie » à nous raconter ?

Remplir cette interview à Minuit au Portugal en vacances avec ma copine et mon fils qui me suggèrent des réponses du style « Mixer au Stade de France » (Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?)

Les Yeux Orange : Site webFacebook / Youtube / Soundcloud

Samedi 29 septembre (La Machine du Moulin Rouge, Paris)Quartiers Rouges .02 présente Les Yeux Orange

Gagnez vos places via notre jeu concours