Photo en une © François Quillacq

Avez-vous déjà écouté de l’acid zouk ? Oui, c’est possible. LeonxLeon, de l’écurie Cracki Records, sortait la semaine dernière « Rokanbo« , un superbe hymne qui mélange les deux styles. L’on pourrait croire qu’ils sont opposés, et pourtant ce brillant énergumène a relevé le pari. Rencontre avec son auteur dans cette interview 100% décalée.

La plus grande fierté de ta carrière ?

À chaque fois que quelqu’un vient me voir pour me dire qu’il a aimé mon set ou qu’il aime mes morceaux.

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Les sales blancs – Que du bonheur. Et même pas en cachette parfois, j’aime bien le faire subir à mes passagers en voiture.

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Sûrement un producteur d’italo-disco des années 80, genre Maurizio Sangineto « Sangy » pour discuter de techniques de production, ou alors Todd Terje dans les contemporains, pour les mêmes raisons !

Une blague pas drôle que tu peux raconter ?

Tu sais ce qu’on dit de l’homme qui a 5 pénis ?

….

Son slip lui va comme un gant.

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

En dehors de mon boulot la médecine, quand même, c’est ma deuxième passion l’escalade.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Match – Boogie Man, quand j’arrive à monter le tempo jusqu’aux 130 du morceau je peux jamais me retenir de le jouer. Ce solo de cuivre !

Luke Million – Italo Journey, ce truc marche à tous les coups, si jamais je tombe sur des gens pas trop réceptifs à ci ou ça je sais que j’ai toujours ça en stock et ça me rassure.

Wish Key – Orient Express, pour moi dans le top 3 des morceaux italo dancefloor

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ?

Pas forcément celui qui a le plus de valeur marchande, mais ce serait l’EP de Starion en édition limitée, signée par lui, meilleure combinaison entre rareté, beauté de la pochette et qualité de la musique.

Si tu étais une femme, qui aimerais-tu être ?

J’aimerais être Nina Kraviz pour balancer un gros track de zouk ou d’italo au milieu d’un de ses sets bordel, ça manque d’âme sa musique.

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ?

Michael Jackson !! J’avais mes places pour ses concerts à Londres en plus avant qu’il ne décède.

Un rituel avant de monter sur scène ?

Je classe mes disques par tempo croissant, ça évite de trouver un disque au fond du sac quand on est plus du tout au bon bpm.

Une machine fétiche / préférée ?

Un synthé modulaire, le Elektor Formant construit par mon père quand il avait une vingtaine d’années dans les 70s, qu’il a entièrement restauré et MIDI-fié (rendu compatible avec les séquenceurs logiciels actuels), quand il a vu que je faisais de la musique électronique !

Quelle est ta passion inavouable ?

Ecouter des podcasts inavouables.

Ton plat préféré ?

Un bon ris de veau aux morilles… Ou tournedos Rossini en cas de grosse faim.

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

The Countach – Aqua Marina (Paradise Mix). Je ne sais pas pourquoi je ne le joue pas d’ailleurs, c’est vraiment excellent. Une reprise baléarique de Santana…

Ton instrument de prédilection ?

Je suis batteur à la base, j’adore les percus, mais j’ai un vrai faible pour les quijadas, j’en mets dans tous mes morceaux, surtout depuis que je sais que c’est une mâchoire d’âne frottée avec un bâton.

Si tu devais sampler une BO de film ?

La BO de Eyes Wide Shut, la scène d’ouverture de la soirée masquée, ces voix !!

Quelle question aurais-tu aimé que l’on te pose en interview ?

Quels étaient les musiciens actuels qui m’inspiraient (Jex, Benedek, Sorcerer, Nu Guinea, Pilotwings…)

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

Franchement « Q » de Todd Terje, c’est tellement simple, bien produit, complexe, à chaque écoute j’entends des nouvelles choses… Sinon, n’importe quel Sade.

Le disque que tu regrettes de ne pas avoir acheté ?

Le disque de Sasac « Future Disc », c’est bien le genre de LP que j’aime m’écouter chez moi, mais à 50€ maintenant je me contente d’un rip…

Une anecdote « Dure Vie » à nous raconter ?

On va dire la fois où je suis tombé à la renverse de mon fauteuil direct sur la platine et que ça a définitivement rendu injouable mon disque de Jose Padilla, pile à l’endroit de mon track préféré. J’y pense à chaque fois que je vois la pochette dans ma collection, j’ose plus y toucher.

Suivre LeonxLeon : Facebook / Soundcloud / RA

Retrouvez le titre « Rokanbo » :