À l’image du personnage mythique de la comédie satirique du même nom sortie en 1964, Folamour est ce guérisseur auditif qui délivre depuis 2015 ses ordonnances house puissantes et efficaces. Fin producteur et dj aguerri à l’origine des labels FHUO et Moonrise Hill Material, ses compositions, subtilement travaillées au corps grâce à ses influences de tous horizons et sa qualité d’instrumentiste ont séduit depuis 2 ans l’ensemble de l’hexagone – jusqu’aux plus grand festivals, comme le Dimensions croate cet été, et que nous accueillerons ce dimanche au Rex Club. 

Ton livre de chevet ?

« Bleu Comme l’Enfer » de Philippe Djian. J’ai toujours plusieurs Philippe Djian à porter de main et du Henry Miller, ça lave de tout.

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Je n’ai pas de plaisirs coupables, j’assume tout. Mais je dirais « Coeur de Loup » de Philippe Lafontaine.

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

Écrire. Et manger.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Pockets – Come Go With Me (Joey Negro Mix)

Alicia Myers – I Wanna Thank You (Alkalino Rework)

Fabe – Des durs, des boss et des dombis.

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas fait de la musique ?

J’aurais plus écrit.

Si tu devais te réincarner en animal ?

Sûrement un gros félin.

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ?

Celui dont j’aurais le plus de mal à me séparer est un Tatsuro Yamashita, le « For You » qui est une véritable merveille.

Ton premier vinyle ?

« Moments Of My Life » de Bobby D’Ambrosio.

Si tu étais un objet ?

Je dirais un crayon.

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ?

Je regrette de n’avoir pas encore eu l’occasion de voir Pharoah Sanders en live. Mais la liste est longue !

Un rituel avant de monter sur scène ?

Récupérer des bouteilles d’eau puis un peu de calme et une cigarette.

Une machine fétiche / préférée ?

Mon Juno 2 est mon plus fidèle allié depuis pas mal de temps maintenant.

Quelle est ta passion inavouable ?

Le Tiramisu.

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

Ruby Turner – « I Would Rather Go Blind ». Je ne l’ai jamais joué car elle est trop lourde de sens, elle est trop sentimentale pour être jouée. Mais je la garde toujours à portée de main avec l’espoir de trouver l’instant qui lui correspond !

Ton instrument de prédilection ?

La guitare.

Si tu devais sampler une BO de film ?

Celle de « Tetro » de Francis Ford Coppola.

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Une église. J’ai déjà vu des soirées s’y faire donc je me dis que ça arrivera peut être un jour.

Le track que tu aurais aimé produire ?

Armand Van Helden – « You Don’t Know Me ». L’Anthem house par excellence, un chef d’oeuvre.

Une anecdote « Dure Vie » à nous raconter ?

J’ai cherché un moment avant de trouver et en fait, celle-ci me paraît plutôt évidente finalement. J’ai été DJ quelques années avant de commencer à produire. J’étais musicien plus jeune mais faire la bascule sur un ordinateur n’était pas facile pour moi, je ne suis pas bon sur ces choses-là. Heureusement, je suis tombé malade il y a quelques années et je suis resté cloué au lit pendant 2 mois. J’y ai vu une bonne occasion d’apprendre et depuis je ne fais que ça.

Folamour : Facebook / Soundcloud / Discogs / RA