Vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Dans ce format Inside Out, comprenez un entretien one shot avec des questions décalées et improbables, sur tout que vous ne lirez sûrement nulle part ailleurs sur un DJ et/ou producteur. Aujourd’hui, on rencontre l’étoile montante Elise, installée à Berlin puis à Paris après 5 ans sur la scène locale de Shanghai. DJ selector aux multiples influences (techno UK, électro, ghetto house, jungle et autres styles breakés), son show mensuel sur la web radio Rinse France la propulsera à La Machine du Moulin Rouge, ce vendredi 27 septembre.

La plus grande fierté de ta carrière ?

D’avoir réussi à finir un premier EP en 2017, et d’en préparer d’autres à venir ! 

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Gyneco – Hamza

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ? 

Tarantino. 

Ton pire « Random memories » de soirée ? 

7 policiers sont venus me chercher derrière les platines en Chine (Shanghai) car j’étais « travailleur illégal ».

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ? 

Des origamis. 

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Il y en a plein, mais là comme ça je vais dire :

Falty DL – Danger  
Luke Eargoggle – Japanese Whiskey
Ron Maney – Bring It Home

Qu’aurais-tu fait si tu n’avais pas fait de la musique ? 

Des mathématiques ou de la philo, du dessin ou du théâtre, sinon des jouets pour enfants. 

Si tu devais te réincarner en animal ? 

Le chat, sans hésitation. 

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ? 

Le seul disque que j’ai hérite de mon père, qui est le single en 7′ Bad/I can’t Help It de Mickael Jackson, car il n’a pas de prix à mes yeux. Sinon en terme d’argent je crois que c’est Ralf & Florian de Kraftwerk ou Erot – Milk Chocolate Swing / Haribo, à verifier.

Ton premier vinyle ?

Il y en a deux que j’avais acheté en meme temps sur un marché à Londres quand j’avais 15/16ans : Clear de Cybotron et Renegades Of Funk! d’Afrika Bambaataa & Soulsonic Force.

Ce qui est drôle, c’est qu’à l’époque je n’avais aucune idée de ce que c’était, et je n’avais pas de platines pour les écouter. J’ai acheté la reissue de Clear quelques années plus tard au Japon, sans même réaliser que je l’avais déjà quelque part chez mes parents.

Si tu étais un objet ? 

Un lit ou une plante mais c’est pas vraiment des objets. Une cuillère, en fait. 

Si tu étais un homme ?

Forest Whitaker ! 

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ? 

NWA.

Un rituel avant de monter sur scène ? 

Non pas vraiment, je cours en général. Je suis toujours un peu en retard.

Une machine fétiche / préférée ? 

Toutes mes machines, je suis trop superstitieuse pour en citer une plus qu’une autre.

Quelle est ta passion inavouable ? 

Les biscuits, petits ou grands. Mes amis savent.

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

The Unit – Walking Through The Sky (Live Version)

Cette version live est sortie l’année où j’ai perdu mon père, et ça va sembler cheesy par son titre mais je pense qu’il aurait adoré ce morceau. Du coup ça me fait penser à lui, j’aimerais bien réussir à terminer un long set avec ça un jour, pour son tempo qui se divise en deux. Je n’en ai pas encore eu l’occasion et ça ne colle pas vraiment avec ce que je joue mais bon, ça arrivera un jour.

Ton instrument de prédilection ? 

La guitare, mais j’ai arrêté depuis longtemps malheureusement.

Si tu devais sampler une BO de film ? 

Gost Dog

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ? 

N’importe quel endroit d’insolite dans la nature me plairait dans l’idée, mais un truc plutôt humide où il fait bien chaud : dans la jungle, et où il pourrait pleuvoir d’un coup sans abimer le matériel. Ce serait fou, tout le monde serait trempé.

Retrouvez Elise ce vendredi 27 septembre à La Machine du Moulin Rouge : Rinse France présente Ron Morelli, Hodge, December & more

On oublie pas de la suivre sur les réseaux : 
Facebook / Soundcloud / Instagram

Les mix à écouter :