Depuis plus de quatre ans, le duo César & Jason distille son univers juché entre disco, house, acid et parfois même techno. D’abord invités aux soirées « L’Ecole d’Emile » du disquaire lyonnais Chez Emile Records au Terminal, c’est ensuite leur résidence « House of the Gypsies » qui montre l’étendu de leur talent et la finesse de leur sélection. Dignes représentants d’une nouvelle vague made in Lyon, César & Jason seront au Ninkasi pour la Nuit 2 des Nuits sonores, et surtout à la deuxième édition de l’ECAM Festival le 10 juin prochain.

La plus grande fierté de ta vie ?

Jaz : Faire du ping pong comme un japonais

Cez : Sortir avec la fille de mon ancienne dirlo de BTS (que je n’ai pas eu)

C’est quoi le plus dur dans ta vie d’artiste ?

Jaz : Affronter ma wantlist et ne pas avoir les moyens qui suivent. Trouvez-moi un mécène please !

Cez : Tirer mon bag de disques en sortie de soirée…

Ton livre de chevet ?

Jazz : Je ne suis pas un grand fada de lecture mais ce serait « Journal d’un vieux dégueulasse » de C. Bukowski, parce que ça se lit facilement et que c’est bien perché.

Cez : L’histoire de l’Olympique de Marseille (édition Hugo Sport).

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Jaz : Karen – « Tu me plais »

Cez : Desireless – « Voyage Voyage » (extended version). On avait tripé avec mon pote Nico quand Virginia avait passé ca au xxx floor du Berghain durant la Saint-Sylvestre, il était ouvert à tout le monde et les gens étaient comme des fous sur ce track

Avec quel artiste/personne publique aimerais-tu partager un repas ?

Jaz : Fabrice Lucini pour sa folie des grandeurs, ou Fillon pour qu’il me mette dans les bon bails.

Cez : Paul Bocuse à la grande époque, comme ça je me serais éclaté le bide !

Ton pire « Random memories » de soirée ?

Jaz : Alors là !

Cez : Ma mémoire me fait défaut, je m’en rappelle plus je devais être trop sec.

Une blague pas drôle que tu peux raconter ?

Jaz : Quelle est la mamie qui fait peur aux voleurs ?
Mamie Traillette.

Qu’est ce qu’on se marre !

Cez : C’est un schtroumf qui court, tombe et se fait un bleu (classicccc)

Plutôt concert ou clubbing ?

Jaz : Les deux ! Le concert pour le rap et le rapport encore plus proche au public, et le clubbing quand le concert est fini pour faire la fête.

Cez : Plutôt teuf de manière générale, mais sûrement un petit faible pour le club… (quand même).

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

Jaz : Les magrets de canards.

Cez : Je sais bien faire le mariole et aussi découper des poulets de bresse.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag / Ipod ?

Jaz : On essaye de toujours avoir un fond de roulement vis-à-vis de ce qu’il y a dans notre bag sachant qu’en fonction des soirées on ne jouera pas toujours la même chose. Mais si il faut 3 coup de cœurs, les voilà.

Funk : JM Black – « Lipstick (Shout !) »

– House : Daphne – « When You Love Someone » (Never Do Dub)

Techno : Robin Ball – « Fionn »

Cez : Compliqué car effectivement ça change tout le temps… Mais je dirais :

Cultural Vibe – « Ma Foom Bay » (Rythm Dub Version)

Suburban Knight – « Midinight sunshine »

Lesus – « The Bell » (et le Sunset On Tatoinne Remix aussi déboite)

Tu aurais fait quoi si tu n’avais pas fait de la musique ?

Jaz : J’aurais essayé de trouver autre chose qui reste artistique.

Cez : Bah j’aurais fait la fête, peut-être organisé des teufs, j’en sais trop rien enfait.

As tu déjà profité de ta position d’artiste en soirée ?

Jaz : Bien sûr ! Pour l’alcool.

Cez : Pareil… Bon picoleur que je suis, ça fait du bien d’économiser sur quelques verres.

Si tu devais te réincarner en animal ?

Jaz : Un concombre de mer.

Cez : En paresseux ?

Une anecdote « Hard Life » à nous raconter ?

Jaz : Underground Resistance ‎- Hard life.  Grosse anecdote que voilà !

 Cez : Je vais garder ce qu’il me reste de dignité pour moi… Il faut demander à mes copains pour ce genre de choses, y’en a toute une tripotée d’anecdotes à la con !

Le vinyle le plus cher en ta possession ?

Jaz : Les deux premiers qui me viennent en tête c’est :

J.M. Black ‎– « Lipstick (Shout !) » ou C.R.S.T vs Chesus ‎– « Monster Munch » EP avec la « Special » de Chesus qui est une vrai tuerie.

Cez : Je ne sais pas exactement, car une fois que j’ai le vinyle je ne vais jamais trop checker la cote sur Discogs. Mais j’imagine dans ceux que j’ai sur Peacefrog ou un Izmo (1er blaze de Brawther) un cadeau d’un ami, Nikky fondateur du label 9ts Records. Avec les repress et tous les coups bizarres de Discogs, on ne sait jamais trop la valeur exacte des disque…

Sinon sentimentalement, un test press des Pilotwings sur Macadam Mambo, offert par mon poto Judaah le boss de BFDM, fierté de ma scène Lyonnaise qui pèse !

Le plus grand enchaînement d’after ?

Jaz : À mon tour de garder ma dignité.

Cez : Sur Berlin je me fais souvent de jolie sessions, sinon ici on se marre bien aussi, ya plein de squats/spots sympas en ce moment pour les afters.

Ton premier vinyle ?

Jazz : Un vinyle de scratch ! On faisait les dingues en posant sur des instrus : Ugly Mac Beer ‎– « Just For Your Hand ».

Cez : Strictement aucune idée… Je ponçais les vinyles de sample de Jazzmatazz pour débuter et 5 ans en arrière c’est trop loin pour mon petit cerveau.

Évent 10 juinLa Terrasse – ECAM Festival # 2

César & Jason : Facebook / Soundcloud