Vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Par ce format « Inside Out » , comprenez un entretien one shot décalé, fendant, improbable, extravagant… bref, ce que vous ne lirez sûrement nulle part ailleurs sur un DJ et/ou producteur. Un entretien express qui vise aussi à vous faire découvrir les artistes de demain, dont le parisien Arminj, à la tête du label Godot Lab Records, qui, comme lui, sort ses releases sans filtre et sans limite. Mots-clés du poulain de l’agence PRESS PLAY : house, groove, chaleureux. En coulisses.

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Les Naast…. ahahahah. Mais c’est pas en cachette.

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Beaucoup trop…. Mais j’avais lu que DJ Koze fait ses pizzas lui même, qu’il a un four à bois et qu’au bout d’années de pratiques il est arrivé à un mélange de pâte qui est dingue (selon ses dires, avec un mélange de bière et de levure). Du coup je me dis que ça pourrait être marrant, instructif et bon.

Une blague pas drôle que tu peux raconter ?

Qu’est ce qui est petit et Marron ?
Un marron.

Ce que tu sais faire de mieux hors de la musique ?

J’adore cuisiner pour mes potes, et jusqu’à maintenant je n’ai jamais eu de plaintes… Contrairement à la musique où les voisins ont plus de mal. ,Du coup je dirais la cuisine.

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Paul Johnson – Get Get Down
Parce que c’est le premier morceau de house dont je me souviens enfant.

French Fries – Yo Vogue
Parce que c’est la quintessence d’un mix entre le UK et le Chicago, alors que c’est français.

Glenn Underground – Israelee Night Fall
Parce que Atmosfear déjà hein… et ce morceau est tellement beau.

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ?

Je pense à l’édition originale de Music for Airports de Brian Eno qui doit être dans les plus élevés. D’autant plus que je l’ai trouvé dans une brocante pour un prix défiant toute concurrence, et entre deux Enrico Macias.

Ton premier vinyle ?

Au-delà de la collec de mes parents, ce doit être un Daft Punk qu’on m’a offert. La version One More Time où t’as le club mix sur une face et… rien sur la face B.

Si tu étais un objet ?

Un appareil photo, mais avec un déclenchement aléatoire automatique. À la fin de la journée, tu découvres tout ce que tu n’as pas shooté… ou vu.

Si tu étais une femme, qui aimerais-tu être ?

La dame qui fait les annonces SNCF a.k.a la personne la plus crainte et écoutée de France.

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ?

Anecdote assez triste, mais j’allais prendre ma place pour aller voir DJ Mehdi et son projet de l’époque “Carte Blanche” au moment où j’ai appris sa mort. Du coup, c’est assez peu original mais j’ai toujours un peu ce manque. Je ne l’ai jamais vu et je pense que j’aurais adoré.

Une machine fétiche / préférée ?

Ma TR-626, pour le son tout grinçant et un peu suranné qu’elle a.

Quelle est ta passion inavouable ?

Danser le ska sur n’importe quelle musique.. et croire que c’est cool.

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

Jazzanova – Days To Come.
Je sais pas, c’est jamais le moment. Au dernier after où j’ai joué, je l’ai pris en me disant “allez cette fois c’est la bonne”, eh ben non.

Ton instrument de prédilection ?

Un Kazoo.

 

Si tu devais sampler une BO de film ?

J’adore la BO de Once upon a time in America (ainsi que le film). J’ai flashé et construit le morceau Machine Pursuit après avoir entendu les drums de Prohibition Dirge issu de cette BO.

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Un jour, on fera une teuf avec une scène sous la Seine.

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

J’aurais adoré donner ne serait-ce qu’une idée sur le morceau Echoes de Pink Floyd. Ou alors juste qu’ils me laissent être là.

Une anecdote « Dure Vie » à nous raconter ?

Ta maman qui dit à tout le monde dans le bar où tu joues qu’elle est la mère du DJ… et les gens qui viennent te voir après “d’ailleurs, j’ai croisé ta mère !

Arminj : Facebook / Soundcloud

Booking : johanna@pressplay-agency.com