On est allé faire la tournée des disquaires d’Amsterdam au lendemain de Dekmantel, à la recherche de curieux « 2nd hand records ». Chronique de nos meilleures découvertes et d’un digging du lundi pas comme les autres.

Au réveil ce lundi, grand soleil sur Amsterdam et petite brise pour se remettre difficilement d’une experience unique que nous a proposé Dekmantel durant ces quatres derniers jours. Un showcase de Antal et San Proper au desk de leur Rush Hour Store, un Opening Dekmantel presque familial au Paradiso Noord – Tolhuistuin le jeudi et bien sûr les trois jours de festival au coeur du Amsterdamse Bos
Mais il faut croire que Dekmantel est une experience musicale qui ne s’arrête pas le dimanche soir… Nous n’avons pas été les seuls à la poursuivre par nous-mêmes le lundi dans les disquaires. C’est donc sous une météo optimale que nous longeons Rozengracht, où nous reconnaissons la vitrine des premiers disquaires de notre parcours.

Mine d’or absolue, Velvet Music regorge de vieux skeuds de tous les genres dans des bacs pleins à craquer. Allez-y, soulagez votre soif de découvertes jazz, soul, funk, disco… parfois pour une bouchée de pain. Quelques bonnes références, mais principalement des vieux ovnis ou des covers poussiéreuses jamais-vues. Cette grande salle déserte s’impose en temple idéal pour le digger à la chasse. On y reste longtemps et on trouve ce qu’on y cherche. Mieux, on y trouve surtout ce qu’on ne pensait pas trouver. Perdu au milieu de ces rayons, un très bon album de Michael Franck, « Sleeping Gypsy », pour les amateurs de soul/funk. UN euro seulement pour cette beauté avec de superbes morceaux et des instrumentistes à tomber par terre. On conseille l’écoute de « Chain Reaction » ou « B’wana – He No Home » à n’importe quel moment de la journée. C’est frais, c’est jazzy, latino sur les bords mais obstiné d’un tendre groove du début à la fin.

Michael Franks – Chain Reaction (Sleeping Gypsy, Warner Bros Records, 1977)

Pour les curieux, les bacs d’occasions house/techno méritent le détour, on tient déjà notre coup de cœur de la matinée avec un skeud deep à souhait sorti de nulle part, « Past, Present & Future » signé The Other Projet sur Big Big Trax Records en 1996. Pochette déchirée et macaron alléchant, ça sent bon la poussière. La face B ré-éditée par Adam’s deviendra un début de set idéal avec une très longue intro soulful comme on les aime, chords de velour, batterie jazz et boîte-à-rythmes.

Past & Present – Adam’s Remix, (Big Big Trax, 1996)

Etape inévitable du parcours… Rush Hour Store est le digging-spot obligatoire de n’importe quel chercheur d’or de passage à Amsterdam pour tout ce qui tourne autour de la house. Des sélections très solides, des arrivages tout frais de l’Europe entière et des gros stocks de disques 80/90’s, disco, house, deep house, garage & co. On y reconnait au mur toutes les sorties Dekmantel, celles que l’on trouve difficilement dans nos disquaires parisiens, celles que l’on ne trouve plus du tout depuis un bout de temps et le dernier EP « Than Sadet Sampler » de Makam.
Avant même de faire des découvertes aux platines d’écoute, on reconnaît dans les bacs des bons classiques que l’on a même pas besoin de réécouter pour acheter, ou juste pour le plaisir, en étant convaincu dès le premier kick. Dans cette catégorie, on choisit l’album « Trionisphère » de Kerri Chandler sur King Street et son délicieux « On My Way », balade NY deep house dans les règles de l’art.

Kerri Chandler – On My Way (King Street, 2003)

Lui aussi génie du Manhattan des 90’s, Glenn Underground nous surprend à chaque découverte dans sa discographie infinie… ce jour-là avec « Service »  sur Strictly Jaz Unit Muzic. À l’image de sa musicalité, ce disque touche encore à la house mais est décidément teinté de jazz et de liberté mélodique, la signature absolue du producteur. Sans surprise, le morceau évolue dans ce sens au fur et à mesure du sillon. Il quitte la structure d’une track house traditionelle pour laisser la deuxième partie du morceau au clavier jazz.

Glenn Underground – Service (Strictly Jaz Unit Muzic, 2013)

Et c’est assez rare de trouver un de ses disques dans les bacs, à se demander si on ferait pas mieux de passer la journée ici ! Mais le temps passe, on commence à avoir pas mal de disques sous le bras et il faut choisir. Ici, les disques sont bons mais chers et le choix est difficile à faire. En fumant une dernière clope devant le shop on entend parler anglais, allemand, local et même français par dessus la house atmosphérique qui s’échappe de la porte ouverte. On est pas les seuls à venir ici aujourd’hui, ni à être un peu en vrac de la veille, ni à avoir trouvé des bons disques visiblement.
Avant de quitter les lieux, on rajoute à l’addition la récente ré-édition de Crystal chez Favorite Recordings, ça fait un peu mal au porte-feuille mais ses « Tropical Disco Masterpiece » sont une tuerie des Antilles, un must-have dans le genre compil’ boogie-soul. Mention spéciale pour « Ti Gacon », morceau acoustique délicat, chanté en créole sur une instru amoureuse.

Crystal – Ti Gacon (1984, repress sur Favorite Recordings en 2016)

Crystal – Fantastic Girl (1984, repress sur Favorite Recordings en 2016)

Pour se retrouver devant la porte d’entrée du Red Light Record Shop, un peu plus au Nord, il faut obligatoirement en connaître l’adresse et vouloir y aller, ce n’est pas une vitrine devant laquelle on passe par hasard. Elle donne sur une petite cour intérieure qu’elle partage avec Vintage Vaudou Records, Red Light Radio et les bureaux de Dekmantel. L’accès se fait depuis la rue, en passant par un étroit préau. Deux gaillards décoiffés et chargés de sacs de voyage et d’une pochette de skeuds sortent du passage et nous font comprendre que c’est bien là. Une fois à l’intérieur, le Red Light Record Shop offre l’ambiance du petit disquaire de quartier, sur le modèle du disquaire londonien : intimiste et chaleureux. Un zouk/funk exotique réchauffe cette toute petite pièce… Certains diggers tendent l’oreille, relèvent la tête et reconnaissent déjà les morceaux de la toute fraîche compil’ Digital Zandoli qui tourne sur la platine du comptoir. C’est Digger Digest qui est à l’origine de cette compil’, enregistrements funky des Antilles et on tourne « Mizik Nou » en boucle.

Milton – Mizik Nou (Digital Zandoli, Heavenly Sweetness, 2016)

Pour certains d’entre eux, le shop reste leur adresse préférée à Amsterdam pour ses bacs de seconde main bien garnis. On comprend vite pourquoi du monde s’y entasse, bracelets roses Dekmantel aux poignets. Dans les meubles et jusqu’au sol, des centaines de vieux disques franchement bien choisis. Beaucoup de disco/funk et de house/deep house typés Selector Stage. À force de chercher, et surtout dans un shop comme celui-là, on finit par trouver : côté disco on craque pour « Chanson d’Llegance », un disque de frenchboogie qui avait perdu son chemin ici, on a bien fait d’être curieux.

Llegance – Chanson d’Llegance (Airwave Records, 1982)

Côté house, on a croisé dans les bacs US, l’original pressing du magique Groovestyle« Love », premier morceau de la compil’ My Love Is Underground #2 sur Favorite. Aux premières mesures, on comprend le thème brillant de ce morceau, on imagine son impact en club et sa cruelle efficacité. Ce macaron original, imprimé au centre de la compil’ au milieu des « 12 house tracks selected by Jeremy Underground », tourne devant nous à 33 tours par minute sur une modeste platine d’écoute  : on a des étoiles dans les yeux.

Groovestyle – Love (The Sound of Detroit, 1994)

On conseille de compléter le parcours par un passage chez Waxwell Records, Second Life Music, Discostars Recordstore ou Distortion Records, pour enfin redescendre en fin de journée vers Vondelpark, le plus grand jardin public de la ville. Il est temps de se détendre et se couper un peu de ses fièvres.
En rentrant, on réécoute religieusement nos trouvailles de la journée pour l’apéritif. Et finalement, on se dit que n’importe quel curieux peut trouver son bonheur dans les disquaires d’Amsterdam, il y en a pour tous les goûts. On reviendra.

VELVET MUSIC AMSTERDAM :   WEB / FACEBOOK

RUSH HOUR STORE : WEB / FACEBOOK

RED LIGHT RECORD SHOP : WEB / FACEBOOK