Dans le cadre de la release party du dernier EP de Pierre Moritz, « Dédé is back« , Increase The Groove invite le très bon label anglais Shall Not Fade. En signant des artistes comme Mall Grab, LK, Pascal Viscardi ou encore DJ Boring, Shall Not Fade a su se démarquer par une ligne artistique à la fois pointue et versatile. Avec une approche anti-conformiste mais exigeante, Kieran, le fondateur du label, ne s’est pas limité aux frontières de Bristol et a su propulser le label sur le devant de la scène tout en créant une solide famille d’artiste. On lui a posé quelques questions avant son passage à Paris.
[English bellow]

Sur ton label, on retrouve des artistes aux univers musicaux très divers. Qu’est-ce qui en définit la ligne artistique ?

SNF ne suit pas de ligne artistique en particulier, c’est la musique que j’aime et celle que les artistes ayant signé sur le label aiment également. On est une famille très unie et on sort rarement des choses en-dehors de notre cercle. En créant les sous-labels, on laisse des espaces d’expression pour plein de styles de musique différents. Ça nous permet d’avoir un contrôle total sur ce qu’on sort en termes de création, sans avoir de restriction sur les genres. On garde ainsi un côté relativement excitant, à la fois pour nous mais aussi pour notre super public.

Tu as lancé SNF en 2016 mais tu travaillais déjà dans l’industrie musicale avant ça. Quel est l’élément déclencheur qui t’a donné envie de lancer ton label ?

Effectivement! Avant j’avais déjà géré des labels ou organisé des soirées dans le Royaume-Uni. Avec le label, l’idée était de créer une entité qui ne se limitait pas à un type de son mais qui correspondait plutôt à la musique qu’on aime de manière générale, sans aucune restriction. Il se trouve qu’à ce moment-là, d’autres personnes dans le monde partageaient la même vision musicale que moi et le reste de l’équipe.

Mall Grab a été la première personne à sortir un EP sur le label. Comment le contact s’est fait entre vous ?

On parlait depuis pas mal de temps avant ça puis il m’a juste envoyé plein de morceaux. Le reste appartient à l’histoire.

La première sortie a eu une influence sur celles qui ont suivi ?
Pas vraiment pour être honnête. Comme précisé avant, je recevais aussi d’autres morceaux ayant leur style propre et les signais tels quels. Le deuxième EP de LK sonne très différemment de l’ensemble des sorties de Mall Grab. Je pense que ce modèle s’est appliqué sortie après sortie, je ne veux pas m’ennuyer, créativement parlant, en adaptant les morceaux. Ça me permet de garder une certaine excitation et une plus grande implication.

Ton label a signé des artistes assez liés au son house lo-fi. Selon toi, qu’est ce qui définit cette esthétique particulière ?

Je ne suis pas trop fan du fait de parquer les artistes dans des styles ou sonorités particulières. Les artistes suivent leurs propres développements et évolutions, je pense juste que la musique qu’ils ont pu sortir à certains moments de leurs carrières était très influencée par leurs environnements et situations personnelles.

Aux côtés de Shall Not Fade, on retrouve 3 sous-labels : peux-tu les décrire rapidement ?

Effectivement, tout d’abord Dream of Dystopia qui est plus sombre, plus brutal. Ensuite Shall Not Fade White qui est davantage de la musique pour danser, et puis Lost Palms, pour pleurer.

Tu es basé à Bristol, une ville avec une forte identité musicale. Ça a influencé ta façon de gérer le label ?

Pas vraiment pour être honnête. Bristol m’a beaucoup influencé à travers la personne que je peux être aujourd’hui, que ce soit à travers mes premières soirées ou en tant que programmateur. Je penses qu’avec ce label, c’est quelque chose de plus gros. C’est de la musique qui vient  du monde entier, pour des auditeurs du monde entier. Bristol a la particularité d’être une communauté assez soudée et restreinte.

Tu joues à Paris le 24 avec Pierre Moritz, qui a récemment sorti un EP sur le label. Qu’est-ce qui t’a plu dans son travail ?

Ça m’a donné envie de danser.

J’ai pu lire que le nom « Shall Not Fade » était inspiré par une citation de Shakespeare. Quel est le lien entre cette citation et le label ?

J’ai été fasciné par Shakespeare depuis tout jeune. Ma mère m’emmenait souvent voir ses pièces au Théâtre de Stratford Upon Avon. « Shall Not Fade » : quand j’ai lu ces trois mots dans un de ses sonnets, j’ai tout de suite accroché et ça résonne pour moi avec l’esprit du label. Ça résonne constamment, musicalement parlant.
________________________________________________________
English version :

Your label features artists with very different musical univers. How would you describe Shall Not Fade artistic guideline?

SNF follows no specific guidelines, it’s music i love and music that the other artists on the labels love. We are close knit family and rarely sign stuff from artists someone in the crew knows. Through the creation of our various sub-labels, we’ve created homes for all different types of music, which allows us to have full creative control over what we release, without having to worry about genre restrictions. This keeps it exciting for us and hopefully for our incredible fanbase too.

You launched SNF in 2016 but you were already working in the music industry before that. What was the trigger that made you want to start the label?

That’s correct, prior to SNF i ran other labels and club nights in the UK, the whole idea of the label was to create something that wasn’t restricted to one sound, a platform to release music i loved and others around me loved – with no restrictions – it just so happened that others around the world shared the same musical vision as myself and the rest of the SNF crew.

Mall Grab was the first one to release an EP on SNF. How did the contact start between you?

We had been speaking for a while before and he just sent me a load of tracks. The rest is history.

Did this first release had an influence on the following ones – as far as the SNF specific sound is concerned?

Not really if i’m honest, as mentioned before, i received the tracks liked them and signed them, the second EP from LK is very different sounding to the integral Mall Grab release, i think this pattern has continued release on release – i don’t want to get bored creatively, by changing it up here and there it keeps me excited and engaged.

Your label features some artists which are strongly linked to the lofi house sound. According to you, what can define the aesthetic of this style.

I’m not really keen on boxing artists into specific genres or sounds, artists develop and evolve, i feel the music they release at certain times in their careers is heavily influenced by their current surroundings and personal situations.

Besides SNF, there are 3 other sublabels. Could you describe them quickly?

Correct, dream of dystopia – heavier, darker, minimal sounds. snf – music to dance to. lost palms – music to cry to.

SNF seems to be like a family from an outside point of view. According to you what can explain these close tides between the various artists of the label?

As mentioned before, most of the artists we sign are friends of myself or of other artists who’ve released on the label. This has created a close group of creatives who share the same love for music and dancing.

You are based in Bristol, a city with a strong musical identity. Does it influence the way you manage SNF?

Not really if i’m honest, Bristol carved me into the person i am today, through my early clubbing experiences and working here as an event programmer but i think with SNF it’s a bigger picture, it’s music from around the world for listeners around the world. Bristol is a very close knit community.

Besides the label activity, you also drop parties. Could you imagine us what would be the venue for a SNF party?

Dancing. Dancing. Dancing.

You will play in Paris on the 24th with Pierre Moritz, who recently released an EP on SNF. How did you discover his music and what are the aspects you appreciate the most in his work?

It made me want to dance.

Last, I saw that « Shall Not Fade » was inspired by a Shakespeare quote. Could you explain us a little bit more about the link between this quote and your label?

Correct, from a young age i’ve always been fascinated by Shakespeare, my mother used to take me to see his plays at his theatre in Stratford Upon Avon. Shall Not Fade –  when i read those three ones in one of his sonnets it stuck with me and resonated with the theme of the label – constantly evolving musically.
Shall Not Fade : Site officielFacebook / Discogs